Bygmalion : garde à vue levée pour Franck Louvrier, ex-conseiller de Sarkozy

le , mis à jour à 15:05
0
Bygmalion : garde à vue levée pour Franck Louvrier, ex-conseiller de Sarkozy
Bygmalion : garde à vue levée pour Franck Louvrier, ex-conseiller de Sarkozy

L'ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, Franck Louvrier, a été placé en garde à vue jeudi matin à l'office anticorruption de la police judiciaire, dans le cadre de l'enquête Bygmalion, a déclaré une source policière, confirmant une information d'Europe 1.

Répondant à une convocation, l'actuel conseiller régional des Pays-de-la-Loire, dont le domicile avait été perquisitionné fin janvier, s'est présenté à 9 heures et a été placé en garde à vue, a précisé cette source. Celle-ci a été levée en début de soirée, sans poursuite à ce stade de l'enquête, selon une source judiciaire.

«L'audition a permis d'éclairer les enquêteurs sur les rôles et les responsabilités de chacun pendant la campagne présidentielle de 2012. Aucune charge n'a été retenue contre moi après ces dix heures d'audition», a assuré Franck Louvrier à l'AFP.

Perquisition infructueuse fin janvier à son domicile

Son domicile avait déjà été perquisitionné fin janvier dans le cadre de cette enquête portant sur un vaste système présumé de fausses factures durant la campagne présidentielle de 2012. «Aucun élément susceptible d'intéresser l'enquête n'a été saisi», avait-on assuré à l'époque dans l'entourage de Franck Louvrier.

Franck Louvrier a longtemps été un personnage clé dans l'entourage de l'ancien président de la République, dont il a été notamment conseiller à l'Elysée et durant sa campagne présidentielle de 2012. C'est justement sur cette campagne que porte l'affaire des fausses factures qui ont permis de dissimuler des dépenses du candidat Sarkozy. Juges et enquêteurs cherchent à déterminer quelle connaissance les politiques avaient de la fraude.

Les enquêteurs de l'office anticorruption (Oclciff), qui disposent de nombreux éléments comptables et de témoignages, ont la conviction qu'un système frauduleux a été mis en place pour que l'UMP prenne en charge environ 18,5 millions d'euros ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant