But fantôme de Muntari, slidding door ou pas ?

le
0
But fantôme de Muntari, slidding door ou pas ?
But fantôme de Muntari, slidding door ou pas ?

Pour certains, ce fait de jeu a grandement influencé le destin de la Juventus et du Milan qui s'affrontent ce samedi. Mieux, il les aurait carrément inversés. Une théorie qui trouve plus d'adeptes qu'on ne le pense, une sacrée porte coulissante en fait, on trouve les mêmes chez Casto' ?

Milan-Juventus, 25 février 2012, 20e minute de jeu, 1-0 pour les co-pensionnaires de San Siro, Nocerino ayant ouvert le score sur une frappe déviée par Bonucci. Corner d'Emanuelson, tête de Mexès, Buffon repousse une fois, coup de casque de Muntari, Gigi encore et toujours. Les Milanais exultent, M. Tagliavento se fie à son juge de touche et indique une sortie de but. Replay, le ballon a bien passé la ligne et pas qu'un peu ! Matri égalisera en fin de rencontre. Le passé récent, le présent et le futur des deux clubs s'est-il vraiment joué à 30 centimètres ?

Une slidding door et trois chatières


L'erreur arbitrale sur ce but non accordé au Ghanéen est étrangement grossière diront les plus sarcastiques avec un gros sourire en coin. Encore un match "scudetto" équilibré qui penche du côté des Agnelli, comme face à l'Inter en 1998, comme face à la Roma en 1981 ou en 2014. Et tant pis si ce Milan-Juve a été émaillé d'autres erreurs de jugement, pas moins de trois en faveur du Milan, une droite de Mexès à Borriello, Muntari qui prend Lichtsteiner pour un punching-ball et un premier but injustement refusé à Matri. Trois actions passées complètement au travers médiatiquement, trois erreurs qui, additionnées, valent au moins autant que la première. Trois faits engloutis dans les abysses du Calcio.

Photo : Le but refusé de Muntari
Reconstruction factuelle totalement inutile, perte de temps assurée, c'est gravé au silex, ce match a changé le verdict du championnat. Plutôt que de prendre 4 points d'avance, le Milan a été contraint et forcé de maintenir un écart d'une unité avec son adversaire du jour. En fait non, dès la journée suivante, les Bianconeri sont tenus en échec à domicile par le Chievo, tandis que les Rossoneri s'imposent largement à Novara. L'avantage de 4 points, ils l'auront rapidement, puisque la Juve enchaîne les scores de parité. Un tel écart sera même maintenu jusqu'à la 30e journée. L'énergie dépensée en Ligue des champions…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant