Busquets, l'illustration des ratés de la formation merengue

le
0
Busquets, l'illustration des ratés de la formation merengue
Busquets, l'illustration des ratés de la formation merengue

Aujourd'hui détenteur de la philosophie de la cantera blaugrana, Busquets a pourtant bien failli intégré la Fabrica du Real Madrid. Un épisode, remontant à l'année 2005, qui rappelle que bon nombre des pépites de la Masia a un temps flirté avec l'ennemi.

Depuis des années, une dense couche de pollution enveloppe Madrid. Ce nuage de particules, réel problème environnemental, n'est transpercé que par une rangée de bâtiments. Les Cuatro Torres Business Arena, situées au nord du Paseo de la Castellana, l'artère centrale et le poumon économique de la capitale espagnole, forment ainsi les seuls buildings locaux. Avec un point culminant à 250 mètres, la tour Foster se veut même le plus haut édifice du pays. Une fierté, pour le Real Madrid et son président actuel. Personnage omnipotent du football et du BTP espagnol, Florentino Pérez enfante ce projet immobilier titanesque dès son arrivée au pouvoir en 2000. Grâce à ses nombreux contacts politiques, il rend les terrains de l'ancienne Ciudad Deportiva constructibles. Un coup de maître puisque la vente de ces parcelles ramènent pas moins de 500 millions d'euros dans les caisses du club. De même, ce rondelet montant fait passer une pilule difficile à avaler pour le Madridismo : sa cantera, joyau de la couronne, s'est fait une spécialité de rater les futurs stars du FC Barcelone. Le cas de la boussole blaugrana, aka Sergio Busquets, en est une énième preuve.

"Si le Barça ne voulait pas du joueur…"


Fils de Carles Busquets, ancien portier blaugrana, le natif de Sabadell transpire le football et la Catalogne. Une double particularité qui le pousse, indubitablement, vers le FC Barcelone, club qu'il intègre à partir de l'été 2005. Son arrivée s'opère pourtant dans des conditions loin d'être idylliques. "Il avait déjà beaucoup de caractère, précise Sergio Lobera, alors directeur sportif du Jabac Terrassa en partance pour le secrétariat technique du Mes que. Sa plus grande qualité était qu'il pratiquait déjà un football facile, comme aujourd'hui. Il donnait beaucoup d'équilibre au jeu. Il était le prototype du numéro 4 barcelonais d'une nouvelle génération, il était dans la lignée des Milla, Celades, Guardiola". Autant de caractéristiques qui doivent presser le Barça à le recruter. Pourtant, les dirigeants catalans ne daignent bouger le petit doigt. Le lobbying de Rodri, influent des offices du Camp Nou, et de Lobera, malgré un suivi de trois ans étayé par un dossier complet, ne suffit pas. De fait, certains clubs de Liga commencent à suivre ce longiligne milieu de 17…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant