Bush Sr règle des comptes avec Cheney et Rumsfeld

le
1

WASHINGTON, 5 novembre (Reuters) - L'ancien président George H.W. Bush s'en prend de manière inattendue à Dick Cheney et Donald Rumsfeld, deux piliers de l'administration de son fils George W. Bush dans l'Amérique de l'après-11 septembre 2001, dans une nouvelle biographie citée mercredi par la chaîne Fox News. Dans "Destiny and Power: The American Odyssey Of George Herbert Walker Bush" ("Destin et pouvoir: l'odyssée américaine de George Herbert Walker Bush"), le biographe Jon Meacham rapporte que Bush père juge que les deux hommes sont des "faucons" ultra et que leur position a nui à la réputation et à l'image des Etats-Unis et de son fils. Cheney était le vice-président de George W. Bush; Rumsfeld a été son secrétaire à la Défense pendant l'essentiel de sa présidence. Parlant de Cheney, qu'il connaît bien pour lui avoir confié la direction du Pentagone durant son propre mandat présidentiel (1989-1993), Bush Senior note, selon son biographe, qu'il est devenu "très différent du Dick Cheney que je connaissais et avec lequel j'ai travaillé". Il juge que dans l'après 11-Septembre, Cheney est devenu "un dur", qu'il a semblé se ranger dans le camp des "têtes brûlées qui veulent se battre sur tous les sujets, recourir à la force pour obtenir ce que nous voulions au Moyen-Orient". La biographie, à paraître mardi prochain, ajoute que Bush Sr estime que Cheney, qui a pu être influencé par son épouse et sa fille, s'est comporté avec trop d'indépendance à l'égard de George W. Bush en s'entourant de sa propre équipe de sécurité nationale. Sur Rumsfeld, il se fait encore plus critique. "Je n'aime pas ce qu'il a fait et je pense que cela a nui au président", lui fait dire son biographe. Et Bush de dresser le portrait d'un homme "qui manque d'humilité, qui ne voit pas ce que les autres pensent, (...) un type arrogant". (Eric Walsh; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le jeudi 5 nov 2015 à 07:30

    Trop tard, le chaos est là, et ça va continuer avec ces Us