Burundi : une rebellion écrasée dans le sang après cinq jours de combats

le
0
Burundi : une rebellion écrasée dans le sang après cinq jours de combats
Burundi : une rebellion écrasée dans le sang après cinq jours de combats

L'armée du Burundi a écrasé dans le sang une rebellion dans le nord-ouest du pays, au terme de cinq jours de combat. Plus de cent rebelles ont été tués, selon une source militaire. «Après cinq jours d'opérations militaires non stop, le groupe armé qui a attaqué le Burundi a été anéanti par les forces de l'ordre (...) nous avons tué 105 malfaiteurs et quatre ont été capturés sur un total de 121 hommes entrés dans la province de Cibitoke depuis la RDC mardi», annonce un général burundais sous couvert d'anonymat.

«Nous avons saisi également un mortier de 60 mm, cinq lance-roquettes, des mitrailleuses et plus de cents fusils», ajoute le général burundais. Ce haut gradé fait état de «deux morts» dans les rangs de l'armée, alors que d'autres sources militaires évoquent douze soldats tués au cours de ces combats. Un précédent bilan communiqué mercredi par une source militaire faisait état de 35 morts, dont 34 parmi les rebelles et un soldat.

Officiellement, le gouvernement burundais et l'armée ne communiquent aucune information sur ces violents combats «tant que les opérations militaires sont en cours», explique le porte-parole de l'armée, le colonel Gaspard Baratuza. Mais selon le même haut gradé interrogé anonymement, l'armée a saisi des documents permettant de savoir «combien de combattants sont entrés au Burundi, avec quel armement, leurs objectifs ainsi que leurs chefs».

Affrontements à 50 km de la capitale

Mardi, à une cinquantaine de kilomètres au nord de la capitale Bujumbura, les forces de l'ordre burundaises -- armée et police appuyée par des civils en armes -- ont affronté un important groupe de rebelles -- 200 hommes selon des habitants -- en provenance de la RDC voisine. Selon l'armée, les rebelles voulaient rejoindre la forêt de la Kibira, dans le centre-nord du pays. La Kibira court sur les sommets de la crête Congo-Nil partageant le Burundi du nord au sud. Elle a servi de sanctuaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant