Burundi-Une ancienne ministre abattue à Bujumbura

le
0
    BUJUMBURA, 13 juillet (Reuters) - Hafsa Mossi, ancienne 
ministre du Burundi et membre de l'Assemblée législative 
est-africaine, a été abattue mercredi à Bujumbura, alors que le 
pays est le théâtre de violences politiques depuis un an. 
    D'après un témoin, qui n'a pas voulu décliner son identité, 
un véhicule est entré en collision avec la voiture d'Hafsa Mossi 
alors qu'elle sortait de chez elle, dans le quartier Mutanga, 
dans le nord de la capitale. Des hommes armés sont ensuite 
sortis du véhicule et lui ont tiré une balle dans la tête, 
d'après ce témoin. 
    L'ancienne ministre du président Pierre Nkurunziza a été 
"abattue par des criminels", a tweeté mercredi le conseiller 
média du président burundais, Willy Nyamitwe. 
    Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires 
étrangères, a fait part de sa tristesse. 
    Plus de 450 personnes sont mortes depuis que le président 
Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 son intention de 
briguer un troisième mandat, qu'il a remporté lors d'une 
élection en juillet dernier. 
    Depuis, des membres du gouvernement et de l'opposition, qui 
accusaient le président de violer la constitution, ont été tués. 
    Cette recrudescence de la violence fait craindre aux 
observateurs une reprise du conflit ethnique qui a fait rage de 
1993 à 2005 au Burundi, divisé entre les ethnies Hutu et Tutsi 
comme son voisin rwandais. 
    Hafsa Mossi représentait le Burundi à l'Assemblée 
législative est-africaine depuis 2012, d'après le site web de 
l'Alea. 
 
 (Duncan Miriri; Laura Martin pour le service français, édité 
par Jean-Stéphane Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant