Burundi-La Cour constitutionnelle donne raison au chef de l'Etat

le , mis à jour à 12:26
0

BUJUMBURA, 5 mai (Reuters) - La Cour constitutionnelle du Burundi a approuvé mardi la candidature du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, ce qui a provoqué une vive réaction des opposants qui manifestent depuis deux semaines contre une décision qu'ils jugent contraire à la Loi fondamentale. "Le renouvellement du mandat présidentiel pour cinq ans au suffrage universel direct n'est pas contraire à la constitution du Burundi", a déclaré la Cour dans un communiqué. "Nous n'accepterons jamais", ont aussitôt réagi plusieurs dizaines d'opposants rassemblés à Bujumbura. Pierre Nkurunziza été désigné le 25 avril dernier par le parti au pouvoir comme candidat à la présidentielle du 26 juin, ce qui a déclenché la plus grave crise politique au Burundi depuis la fin de la guerre civile entre Hutus (majoritaires) et Tutsis (minoritaires) il y a dix ans. Des organisations représentant la société civile ont dénombré au moins 12 morts dans les heurts entre policiers et opposants en deux semaines. La police fait état de six morts, dont trois membres des forces de sécurité. Les opposants dénoncent une décision contraire à la Constitution et à l'accord de paix d'Arusha qui a mis fin à la guerre civile en 2005. Pierre Nkurunziza qualifie d'"insurrectionnel" l'actuel mouvement de contestation et justifie sa décision en soulignant qu'il n'avait pas été élu au suffrage universel direct, mais par le Parlement, lors de son accession à la présidence en 2005, et que ce premier mandat ne peut pas entrer en ligne de compte. Le vice-président Prosper Banzombanza a exhorté mardi les opposants à mettre fin à leur "mouvement illégal". "Pour donner une chance au dialogue et au calme, le gouvernement est prêt à relâcher toutes les personnes arrêtées durant les manifestations", a-t-il ajouté lors d'une rencontre avec des diplomates et des représentants de la société civile et de l'opposition. Craignant des violences, 24.000 Burundais ont fui ces derniers mois au Rwanda voisin, pays à la composition ethnique similaire et théâtre du génocide de 1994 contre les Tutsis et Hutus modérés. Sept mille autres se sont réfugiés en République démocratique du Congo, selon l'agence des Nations unies pour les Réfugiés (HCR). "Tout en respectant la souveraineté du Burundi dans la gestion de ses affaires intérieures, le Rwanda considère la sécurité d'une population innocente comme une responsabilité régionale et internationale", a déclaré la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo dans un communiqué. "Nous appelons les dirigeants du Burundi à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour ramener le calme dans le pays." (Patrick Nduwimana; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant