Burundi-L'opposition prône le boycott de la présidentielle

le , mis à jour à 19:29
0

(Actualisé avec précisions) BUJUMBURA, 10 juin (Reuters) - Plusieurs dirigeants de l'opposition ont appelé mercredi au boycott de l'élection présidentielle au Burundi, estimant que l'instabilité politique ne permettait pas d'organiser ce scrutin dont la tenue a été reportée de trois semaines. Par décret, le président Pierre Nkurunziza a fixé au 15 juillet la date de l'élection prévue dans un premier temps pour le 26 juin, a annoncé un porte-parole de la présidence. Bujumbura, la capitale du Burundi, est en proie à des manifestations quasiment tous les jours depuis que le chef de l'Etat a décidé le 26 avril de briguer un troisième mandat bien que la constitution en limite le nombre à deux. "Nous appelons au boycott de toutes les élections à partir de maintenant. Un tel calendrier dans un contexte d'agitation politique n'a pas de sens", a dit Charles Nditije du parti Uprona. "Nous voulons l'ouverture d'un dialogue pour discuter du désarmement, de la réouverture des organes de presse, du retour des réfugiés, de la sécurité des dirigeants politiques et des élections", ajoute le communiqué signé par le MRC, autre parti d'opposition. Les élections législatives, déjà reportées une première fois, auront lieu le 29 juin, a précisé le porte-parole de la présidence, Gervais Abayeho ajoutant que le débat sur la candidature de Pierre Nkurunziza était "clos". Ces nouvelles dates ont été proposées par la commission électorale, la Ceni, après un appel à un report lancé par les pays membres de la Communauté des pays d'Afrique de l'Est. La Ceni est accusée par l'opposition de ne pas être un organisme neutre politiquement et certains estiment qu'elle a perdu sa légitimité depuis que deux de ses cinq membres ont démissionné. (Edmund Blair; Danielle Rouquié et Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant