Burkini : «Plus on va l'interdire, plus on va avoir la haine»

le , mis à jour à 09:15
8
Burkini : «Plus on va l'interdire, plus on va avoir la haine»
Burkini : «Plus on va l'interdire, plus on va avoir la haine»

A peine une demi-heure après l'ouverture, les serviettes sont déjà nombreuses en ce mardi de grosse chaleur sur la plage de la base de loisirs du Port aux Cerises à Draveil (Essonne), à quelques pas des tours de Grigny et à 20 km au sud de Paris. Au bord de la piscine à vagues, un groupe de femmes, assises, aux longs voiles et vêtements noirs recouvrant leur corps, se mêle aux bikinis et shorts de bain des autres visiteurs. Deux d'entre elles reviennent du vestiaire, vêtues de burkinis. Puis, accompagnent leurs jeunes enfants dans l'eau. Sur la plage, les regards peinent à se détacher de ces longs maillots de bain à capuche, recouvrant le corps, les deux seuls de cette journée.

 

« J'en ai vu à chaque fois que je suis venue, assure discrètement une maman, une habituée qui tente de trouver un peu de fraîcheur. C'est dommage, ce n'est pas ce qu'on a envie de voir quand on vient dans une base de loisirs. » Un maître nageur s'avance vers les deux femmes en burkini. Après une première tentative, il les contraint à sortir de l'eau, en rappelant les règles : « Seuls les maillots de bain sont autorisés à l'intérieur du bassin. » « Ce n'est pas juste, soupirent-elles. On ne fait de mal à personne. Nous voulons simplement jouer avec nos petits. Nous venons juste d'acheter nos burkinis sur Internet, justement pour venir ici. » Les jeunes mamans resteront discrètes sur leur prénom et leur lieu de résidence. Mais elles racontent ne pas être arrivées là par hasard. Elles ont suivi les conseils de Vetislam.com. La boutique de mode islamique en ligne recense une centaine de lieux dans le monde, treize en France, censés autoriser le port du burkini. Dont le Port aux Cerises : « Le site s'est trompé », souffle Sophie*, une vingtaine d'années. Il y a deux ans encore, Sophie et Patricia se baignaient en deux pièces ; à l'époque, elles ne s'étaient pas encore converties.

 

«Personne ne nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 4 mois

    Ce sont les converties de fraîche date qui sont les plus à fond dans l'intégrisme, comme si cela leur permetait de rattraper leur retard spirituel.

  • M169421 il y a 4 mois

    Bien vu frk. C'est très juste.

  • frk987 il y a 4 mois

    Simples règles d'hygiène élémentaire, surtout dans une piscine. Déjà qu'un douche au savon devrait être obligatoire....ça me rappelle une anecdote : un ami a choppé une blennorragie dans une piscine, ce fait a été médicalement prouvé).

  • M7166371 il y a 4 mois

    faire croire aux femmes qu'elles doivent avoir honte de leur corps est très grave , c'est le harcèlement moral qui les conduit à adopter des comportements associaux et à s'exclure elles-mêmes de la vie sociale , ce qui est bien le but de ceux qui les encouragent dans ces pratiques d'un autre âge

  • M7166371 il y a 4 mois

    quand on veut vivre en société , il faut respecter les autres

  • M7166371 il y a 4 mois

    c'est très juste car c'est totalement contraire aux règles élémentaires d'hygiène de plonger des vêtements sales , couverts de sueur dans une piscine !

  • glitzy il y a 4 mois

    Le pire, c'est qu'il y en a qui se convertissent à cette religion d'un autre âge.

  • sense78 il y a 4 mois

    La haine, ils l'ont déjà "naturellement", alors plus aucune concession à ces provocations sans fin et ne parlons plus de ce communautarisme archaïque.