Burkini : le Conseil d'Etat rend sa décision cet après-midi

le , mis à jour à 17:07
4
Burkini : le Conseil d'Etat rend sa décision cet après-midi
Burkini : le Conseil d'Etat rend sa décision cet après-midi

La file d'attente s'était allongée devant le Conseil d'Etat. «Forcément que ça interroge et qu'on a envie de savoir», expliquait une jeune femme en jilbab, un voile qui la couvre des pieds à la tête mais laissait apparaître son jeune visage. Ce jeudi après-midi, le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative, a examiné les requêtes de la Ligue des droits de l'homme (LDH) et du Collectif contre l'islamophobie (CCIF) contre un arrêté «anti burkini» pris par la mairie de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes). Il doit rendre sa décision vendredi à 15 heures.

Le CCIF et la LDH espèrent que le Conseil d'Etat statue en appel en leur faveur après la validation ce lundi par le tribunal administratif de Nice de l'interdiction du port de la tenue de bain islamique sur les plages publiques. Cet «arrêté porte atteinte à plusieurs libertés fondamentales comme celle de manifester ses convictions religieuses, de se vêtir et d'aller et venir», ont assuré les associations.

 

«Votre décision fera jurisprudence»

A l'intérieur, la petite salle était, elle, remplie. Des sympathisants des associations, de simples curieux et quelques femmes voilées étaient venus assister aux débats sur cette tenue qui a créé la polémique cet été. La décision du Conseil d'État est particulièrement attendue. Et pour cause ... «Votre décision fera jurisprudence», a lancé au juge l'avocat de la LDH. Comme Villeneuve-Loubet, une trentaine de villes en France ont en effet pris des arrêtés anti-burkini.

Au nom de la LDH, Me Patrice Spinosi a dénoncé une « atteinte à la liberté de conscience et de religion », demandant aux juges de « s'abstraire de la polémique politique pour dire le droit ». « Vous devez être la boussole qui indique le chemin des libertés », a-t-il lancé, soulignant l' «impact considérable » de la décision du Conseil d'Etat. Les textes, sans mentionner le terme de « burkini », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal il y a 4 mois

    Vu la faiblesse de la fr, ils céderont et ceux qui font "le testing" passeront à l'étape suivante.

  • M8842851 il y a 4 mois

    Sous ce Burkini noir en plein soleil la température doit être supérieure à celle d'une étuve....je recommande cette tenue pour maigrir et se protéger des coups de soleil....!

  • glitzy il y a 4 mois

    Je sais qu'on peut argumenter qu'elles sont soumises à une forte pression sociale, mais cela peut aussi être leur décision de le porter. Impossible de savoir, donc de juger. La simple vérité est que la plupart de ceux qui sont pour l"interdiction ne veulent tout simplement pas voir une altérite culturelle qui les gène dans un endroit "de plaisir" alors que, tant qu'"ils et elles" restent dans leurs cités, n'est-ce pas... Je le comprends, ça me gêne aussi mais est-ce justifiable pour autant ?

  • M940878 il y a 4 mois

    il faut une amende véritablement dissuasive de 5000€ mini et non pas seulement 138€ , si récidive rapprochement familial dans le bled d'origine