Burkini : le CFCM reçu « en urgence » par le ministre de l'Intérieur

le , mis à jour à 18:49
12
Burkini : le CFCM reçu « en urgence » par le ministre de l'Intérieur
Burkini : le CFCM reçu « en urgence » par le ministre de l'Intérieur

A l'issue de son entrevue avec le président du Conseil français du culte musulman mercredi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a estimé que les arrêtés anti-burkini pris dans certaines communes littorales ne devaient pas conduire à « des stigmatisations » ou à dresser les Français « les uns contre les autres ». Le président du CFCM avait sollicité Bernard Cazeneuve plus tôt dans la journée, demandant une « audience d'urgence » au ministre pour évoquer les arrêtés anti-burkini qui concernent aujourd'hui une trentaine de communes françaises.

 

Le ministre de l'Intérieur a indiqué que ces « arrêtés devaient s'appliquer de manière proportionnée. »  « Comme l'a indiqué le Premier ministre, on peut prendre ces arrêtés mais dans un contexte où ils permettent de faire cesser les troubles à l'ordre public sans jamais perdre de vue la fraternité », a-t-il martelé.  

Bernard Cazeneuve s'est par ailleurs inquiété des « risques de fracturation de la société française. » « Nous avons besoin d’avoir des musulmans visibles dans l’espace républicain pour défendre avec nous la République, » a ajouté le ministre des cultes.

 

« Nous avons besoin d'actes d'apaisement et de tolérance »

De son côté, le président du CFCM a fait part « sa profonde émotion et inquiétude. »  Appelant à « la sagesse et à la responsabilité de chacun », M. Kbibech a estimé « qu'aujourd'hui, nous avons plus besoin d'actes d'apaisement et de tolérance. » Il a également salué le message de M. Cazeneuve, « de nature à apaiser les choses, à rassurer » les musulmans.

 

Quelques heures auparavant, le CFCM indiquait dans un communiqué qu'il s'inquiétait  « de la tournure prise par le débat public » autour du burkini. « Devant la peur grandissante de la stigmatisation des musulmans de France », l'organisation avait sollicité une « audience ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serge537 il y a 3 mois

    le ministre recois en urgence les parrains du 14 juilliet de nice les arabes ont plus de droit que les francais vous vous voyer demander d urgence une rencontre avec le sinistre ???? et qu il accepte ???? nous sommes en algerie peut etre non ????

  • armaste il y a 3 mois

    qu'on laisse les musulmans tranquille. quelle honte d’être français. au lieu de cela il faut s'attaquer au problème de chommage , éducation , logement, évasion fiscale et mettre en prison les politique responsable de la guerre contre la libye...

  • M7166371 il y a 3 mois

    La stigmatisation de leurs propres femmes c'est eux qui l'imposent par le port de ces tenues inappropriées

  • M7166371 il y a 3 mois

    Ne plus céder face aux provocations , ne plus reculer devant les ultras , toute faiblesse de l'Etat de droit est considérée par les extrémistes comme une invitation à défier davantage la République et ses valeurs.

  • frk987 il y a 3 mois

    Exigeons des Eglises en Arabie et tolérons les mosquées...mais le sens unique, ça SUFFIT.

  • dotcom1 il y a 3 mois

    J'imagine que ce n'est pas pour parler de l'attentat islamiste en Australie.

  • M7166371 il y a 3 mois

    l'humiliation totale c'est d'obliger ces femmes à porter ces tenues qui les stigmatisent.les aider à s'en débarrasser c'est leur restituer leur dignité.

  • dhote il y a 3 mois

    Cazeneuve n'a rien d'autre à faire que de les recevoir en urgence !!!!

  • jean3599 il y a 3 mois

    Très bon çà : "Les services de Bernard Cazeneuve ont annoncé ce rendez-vous quelques minutes après que le CFCM eut rendu publique sa demande d'être reçu".Le pouvoir des musulmans sur le pouvoir politique. Joli mélange des genres de la part de ce gouvernement. Ca suffit

  • M1084720 il y a 3 mois

    Il va sans doute lui être remis un texte des lois de 1905 et un rappel de l'excommunication des députés les ayant votées pour bien lui expliquer que la FRANCE est un Etat laïc où l'excommunication ne fait même pas peur.