Burkina: Zida consulte avant la venue d'une troïka africaine

le
0

par Matthieu Bonkoungou et Nadoun Coulibaly OUAGADOUGOU, 4 novembre (Reuters) - Le lieutenant-colonel Isaac Zida, désigné par l'armée pour conduire la transition au Burkina Faso, a promis de remettre le pouvoir à un gouvernement civil de transition, a rapporté mardi un influent chef tribal. L'officier, commandant en second du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP), la garde présidentielle, a également rencontré le président de la cour constitutionnelle, qui pourrait guider les consultations promises par l'armée. En désignant samedi le lieutenant-colonel Zida, au lendemain de la démission de Blaise Compaoré, la hiérarchie militaire a indiqué que la forme et la durée de cette période de transition seraient "déterminées de concert avec toutes les composantes de la vie nationale". Lundi, l'Union africaine lui a donné deux semaines pour restituer le pouvoir aux civils. A défaut, elle s'exposera à des sanctions. (voir ID:nL6N0ST4DJ ) Trois chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), le Sénégalais Macky Sall, le Nigérian Goodluck Jonathan et le Ghanéen John Mahama, dont le pays assure la présidence tournante de l'organisation, sont attendus mercredi au Burkina, a indiqué Zéphirin Diabré, de l'opposition, à l'issue d'une rencontre avec les représentants de la mission conjointe de l'Union africaine, de la Cédéao et des Nations unies. "Nous travaillons déjà dans l'optique de respecter cet ultimatum", a-t-il ajouté. "Si nous ne réussissons pas, l'Union africaine comprendra peut-être", a-t-il poursuivi, laissant entendre que l'opposition politique pourrait accepter une prolongation de ce délai. De son côté, Isaac Zida s'est entretenu avec le roi Naba Baongo II, chef de l'influente tribu des Mossi, le principal groupe ethnique du pays. "Le lieutenant-colonel Zida et sa délégation sont venus nous dire qu'ils souhaitaient remettre le pouvoir à des civils et nous les encourageons à agir dans cette direction", a rapporté ce dernier à la presse. Lundi, Zida avait annoncé que l'armée céderait rapidement le pouvoir à un gouvernement de consensus. (voir ID:nL6N0ST3R6 ) (Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant