Burkina : Isaac Zida, un jeune officier inconnu prend le pouvoir

le
0
Burkina : Isaac Zida, un jeune officier inconnu prend le pouvoir
Burkina : Isaac Zida, un jeune officier inconnu prend le pouvoir

Isaac Zida est aux commandes du Burkina-Faso depuis quelques heures. Lieutenant-colonel de l'armée et ancien numéro 2 de la garde présidentielle de Blaise Compaoré, qui a lâché son poste vendredi sous la pression du peuple, il a pris comme première décision la réouverture des frontières aériennes du pays. Il est toutefois encore impossible de confirmer que l'aéroport de Ouagadougou fonctionne de nouveau. 

Isaac Zida a également annoncé le recul du couvre-feu de 19 heures à 22 heures pour une fin à 6 heures du matin. En revanche, les frontières terrestres, le pays en compte sept, restent fermées.

Zida semble prêt à la transition démocratique

Plébiscité par la société civile, Isaac Zida est sorti vainqueur vendredi d'une bataille face à son supérieur direct, Nabéré Honoré Traoré, qui s'était autoproclamé vendredi après-midi «chef de l'Etat». Mais la trop grande proximité de ce dernier avec Blaise Compaoré lui a été fatale. Isaac Zida a finalement été retenu à l'unanimité pour conduire la période de transition par la haute hiérarchie militaire. 

«Zida a pris la main. C'est lui qui donne le rythme, l'agenda de cette période de transition qui s'ouvre. Traoré est très impopulaire. Mais on est encore dans une période grise. L'armée a repris le mouvement en main. Mais on ne sait pas encore qui roule pour qui. On ne connaît pas bien ces officiers, leurs allégeances», juge un observateur politique de la région. 

On sait d'ailleurs peu de choses sur le parcours d'Isaac Zida, qui semble inconnu des Burkinabé eux-mêmes. Jeune officier, dont l'âge reste toutefois un mystère, il va devoir accepter et faire fonctionner au plus vite la transition démocratique. Les partis de l'opposition et la société civile burkinabé, réunis samedi à Ouagadougou, ont mis la pression sur les épaules de Zida. «La victoire issue de l'insurrection populaire appartient au peuple, et par conséquent la gestion de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant