Burkina-Hollande appelle les putschistes à déposer les armes

le
0

PARIS, 21 septembre (Reuters) - François Hollande a appelé lundi les auteurs du coup d'Etat au Burkina Faso à déposer les armes et a menacé de sanctions ceux qui s'opposeraient à la tenue d'élections régulières à l'issue du processus de médiation en cours. Le président français, qui s'est entretenu par téléphone avec son homologue sénégalais Macky Sall, médiateur dans cette crise, avait déjà lancé une mise en garde dimanche, en marge de son déplacement au Maroc. Durant leur conversation, François Hollande "a confirmé que la France se réservait la possibilité d'appliquer des sanctions contre ceux qui s'opposeraient à la tenue d'élections régulières et que la France mobiliserait également ses partenaires européens en ce sens", lit-on dans un communiqué de l'Elysée. "Il a appelé l'ensemble des forces impliquées dans le putsch à déposer immédiatement les armes et à rendre le pouvoir aux autorités légitimes, faute de quoi elles devraient en assumer toutes les conséquences." Il a enfin confirmé que la coopération civile, financière et militaire était suspendue jusqu'à la "reprise effective de la transition, sous autorité civile". Lundi, des unités de l'armée loyales au gouvernement de transition renversé par les putschistes convergeaient vers la capitale Ouagadougou. (voir ID:nL5N11R35R ) (Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant