Burkina Faso : un président intérimaire nommé pour un an

le
0
Burkina Faso : un président intérimaire nommé pour un an
Burkina Faso : un président intérimaire nommé pour un an

Le diplomate Michel Kafando, 72 ans, a été choisi à l'aube ce lundi pour assurer le poste de président intérimaire du Burkina Faso après qu'une constitution de transition ait été signée dimanche à Ouagadougou, dans l'euphorie générale. Cet ancien ministre des Affaires étrangères, proposé par l'armée, devra gérer l'Etat pendant un an au nom des civils, le temps que soient organisées de véritables élections en novembre 2015 pour remplacer le président déchu Blaise Compaoré.

«Plus qu'un honneur, c'est une redoutable responsabilité qui m'échoit, dont j'entrevois déjà les écueils et l'immensité de la tâche», a commenté dans la foulée Michel Kafando. L'objectif visé, pour ce président intérimaire, sera de «bâtir ensemble une nouvelle société, une société réellement démocratique par la justice, la tolérance et l'union des coeurs», a-t-il explicité.

Figure de la diplomatie burkinabè, cet ancien ambassadeur de la Haute-Volta (l'ancien nom du pays) puis du Burkina Faso auprès des Nations unies, a été choisi par un collège de civils et de militaires après une nuit de discussions. «J'ai naturellement accepté comme chaque fois lorsque que j'ai été sollicité par le devoir», a-t-il assuré. Michel Kafando a été préféré à l'ex-ministre Joséphine Ouédraogo et au journaliste Cherif Sy, les deux seuls autres candidats à avoir été auditionnés par cette instance.

Représenter ce peuple qui a chassé Compaoré

Chassé par la rue, le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, a quitté le pouvoir fin octobre après vingt-sept ans de règne et après avoir vainement tenté de réviser la Constitution pour prolonger son bail. Pour le remplacer, au moins provisoirement, le chef d'état-major de l'armée, le général Traoré, s'était proclamé chef de l'Etat. Mais un groupe d'officiers avait alors annoncé la mise en place d'un «nouvel organe de transition». «Nous vivons un moment exaltant», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant