Burkina Faso-Mandat d'arrêt contre l'ex-président Compaoré

le
0
    OUAGADOUGOU, 21 décembre (Reuters) - Le Burkina Faso a émis 
un mandat d'arrêt international à l'encontre de son ancien 
président Blaise Compaoré en relation avec le meurtre de son 
prédécesseur Thomas Sankara, a-t-on appris lundi de source 
judiciaire à Ouagadougou. 
    "Je confirme qu'un mandat d'arrêt international a été émis 
contre l'ex-président Blaise Compaoré par le juge enquêteur", a 
déclaré à Reuters Prosper Farama, avocat de la famille Sankara. 
    Deux autres sources judiciaires ont confirmé le mandat 
d'arrêt, émis selon elles le 4 décembre. 
    Au moins dix autres personnes ont déjà été inculpées en 
relation avec le meurtre de Sankara. Parmi celles-ci figure le 
général Gilbert Diendéré, auteur d'un coup d'Etat manqué en 
septembre dernier. 
    Blaise Compaoré était arrivé au pouvoir en octobre 1987 à la 
faveur d'un coup d'État lors duquel Thomas Sankara avait été 
tué. Blaise Compaoré a été contraint de quitté le pouvoir et de 
fuir son pays en octobre 2014 après un soulèvement populaire. Il 
s'est rendu en Côte d'Ivoire, pays où l'on pense qu'il est basé 
actuellement. 
    Un corps que l'on pense être celui de Thomas Sankara a été 
exhumé cette année et une autopsie a montré qu'il était criblé 
de balles, ce qui renforce l'idée qu'il a été exécuté lors du 
putsch d'octobre 1987. 
    Thomas Sankara s'était emparé du pouvoir en 1983 et avait 
mené une politique marxiste et panafricaine qui lui a valu le 
surnom de "Che Guevara de l'Afrique". 
 
 (Nadoun Coulibaly et Mathieu Bonkougou; Danielle Rouquié et 
Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant