Burger King signe son vrai retour en France

le
0
L'enseigne négocie avec le groupe de restauration Bertrand une masterfranchise en France. L'occasion de doper les implantations qui se limitent pour l'instant à trois adresses en concession avec Autogrill.

Après un timide retour dans les gares et aéroports français, le «Whopper» pourrait bien voir les choses en grand. L'enseigne américaine qui a inventé ce célèbre hamburger est actuellement en négociation exclusive avec le groupe Bertrand pour en faire un masterfranchisé sur le territoire français. L'information révélée par le site Snacking.fr a été confirmée de source proche du dossier à défaut d'une déclaration officielle.

Le numéro deux mondial de la restauration rapide choisit ainsi de s'appuyer sur un groupe solide, présent dans l'hôtellerie et la restauration et réalisant un chiffre d'affaires de l'ordre de 430 millions d'euros dont 270 millions dans la restauration. Le groupe est présent sur tous les segments du marché de la brasserie (Lipp) au salon de thé (Angélina) en passant par l'épicerie fine (Arcady's), les cafétérias (Eris) ou la restauration rapide (Bert's).

Près de 500 restaurants

Alors que les rumeurs d'un rachat de l'enseigne Quick par Burger King étaient récurrentes depuis plusieurs mois, c'est finalement une autre option qui a été choisie. «Le dossier Quick était trop cher, trop compliqué et a été abandonné, explique Bernard Boutboul, directeur du cabinet spécialisé Gira conseil. L'enseigne nous a expliqué il y a quelques mois de cela, vouloir découper la France en cinq régions et confier chacune d'entre elles à un masterfranchisé». Selon lui, pas question donc de s'appuyer sur un masterfranchisé unique, une solution trop gourmande en capitaux. Pour chacune de ces cinq régions l'objectif à atteindre serait l'ouverture d'une centaine de restaurants d'ici 7 à 10 ans.

Une ambition solide, donc: un retour en force en France avec un objectif de 500 restaurants alors que la chaîne avait quitté les lieux en 1997, fermant ses 39 restaurants jugés trop peu rentables. Avec Autogrill, l'enseigne ne dispose que de deux restaurants ouverts pour l'instant: à l'aéroport de Marseille-Provence et sur une aire de l'autoroute A4 près de Reims en attendant un démarrage à la gare Saint-Lazare, avant la fin de l'année. Un développement forcément limité puisqu'il se limité aux gares, aéroports et aires d'autoroutes.

Si Burger King n'envisage pas de jouer dans la cour de McDonald's avec ses 1300 restaurants tricolores, l'enseigne se verrait bien dépasser le numéro deux européen Quick. «Leur créneau, c'est de créer une alternative avec un burger premium», souligne Bernard Boutboul. Depuis quelques mois, l'enseigne américaine multiplie les annonces sur ses ambitions à l'étranger entre ses projets d'ouvrir 1000 restaurants en Chine dans les 5 à 7 prochaines années ou un gros partenariat en Russie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant