Burger King avale les cafés canadiens Tim Hortons et prend du poids

le
0
Burger King avale les cafés canadiens Tim Hortons et prend du poids
Burger King avale les cafés canadiens Tim Hortons et prend du poids

Burger King gagne en puissance. La chaîne américaine de hamburgers va avaler les cafés canadiens Tim Hortons pour créer un nouveau géant de la restauration rapide. Une transaction censée permettre à la fois de réduire son ardoise fiscale et d'augmenter ses perspectives de croissance.

Burger King va payer environ 11,4 milliards de dollars en numéraire et en actions pour Tim Hortons, sur la base des cours de clôture de lundi soir, ont annoncé mardi les deux groupes, qui avaient confirmé dès dimanche soir être en discussions.

Les deux chaînes doivent continuer d'opérer séparément, sous l'ombrelle d'une holding basée au Canada qui sera « le troisième plus grand groupe mondial de restauration rapide », précise le communiqué.

Un classement récent du magazine spécialisé QSR mettait Burger King en cinquième position. Son rival McDonald's arrivait premier.

«Avec environ 23 milliards de dollars de ventes, plus de 18.000 restaurants dans 100 pays et deux marques solides, prospères et indépendantes, la nouvelle entreprise aura une large présence internationale et un important potentiel de croissance», font valoir Burger King et Tim Hortons.

L'actionnaire majoritaire à 70% de Burger King, le fonds brésilien 3G Capital Management, détiendra 51% du nouvel ensemble, qui sera coté à New York et à Toronto, et dirigé par l'actuel patron de Burger King, Daniel Schwartz.

Appels au boycott

Les deux entreprises justifient le choix du Canada comme futur siège social par le fait qu'il s'agit du « plus grand marché de l'entreprise combinée ». Mais ce pays présente aussi l'avantage d'avoir un taux d'imposition des entreprises moins élevé, environ 26,5% dans l'Ontario où est basé Tim Hortons, contre 35% aux États-Unis, soulignent plusieurs analystes.

Une série d'entreprises américaines a créé la polémique en achetant récemment des sociétés en Europe avec pour principal objectif une délocalisation dans un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant