Bureau Vallée : Burton embarque Attanasio

le
0
Bureau Vallée : Burton embarque Attanasio
Bureau Vallée : Burton embarque Attanasio

Le navigateur français Louis Burton (30 ans) a décidé d'embarquer Romain Attanasio (37 ans) à bord de l'IMOCA Bureau Vallée à l'occasion de la Transat Jacques-Vabre (Le Havre-Itajai, départ le 25 octobre).

Jeudi, le jour de son trentième anniversaire, Louis Burton a officialisé le nom de son coéquipier sur la prochaine Jacques-Vabre, transt en double reliant Le Havre à Itajai, au Brésil. Il s'agit de Romain Attanasio, Figariste réputé et expérimenté (10 Solitaires !). Les deux hommes disputeront l'épreuve à bord du monocoque IMOCA Bureau Vallée avec lequel le marin francilien avait pris le départ du dernier Vendée Globe avant d'être contraint à l'abandon suite à une collision avec un chalutier au large du Portugal dès le quatrième jour de mer.

Mr.Escoffier et Mr.Davies

« Romain est un marin super talentueux et rigoureux, a expliqué dans un communiqué Louis Burton, 7eme de la Jacques-Vabre en 2011 (avec son frère Nelson), puis 5eme en 2013 (en compagnie de Guillaume Le Brec). Je cherchais un co-skipper expérimenté pour former un duo performant et complémentaire en termes d’approche de la course au large. A terre et dans la préparation du projet, on s’entend à merveille. Nous sommes tous les deux très professionnels mais détendus, avec la même vision du métier de skipper qui est aussi entrepreneur, en charge de l’ensemble des facettes de son projet. Et puis, on partage la particularité d’être en couple avec des femmes navigatrices (Servane Escoffier est la compagne de Louis, Samantha Davies celle de Romain), ça rapproche… ! »

Burton, pour préparer le prochain Vendée Globe

Enthousiasme partagé par Romain Attanasio à l’aube de cette nouvelle collaboration, qui représentera le dernier entraînement grandeur nature de Louis Burton un an avant le prochain Vendée Globe (tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance) : « J’apprécie l’homme, ce qui est primordial pour s’engager sur une telle course, et sa singularité m’intéresse. C’est un mec qui s’est construit tout seul. Tous les deux, on n’est pas né au bord de la mer dans un Optimist. Notre métier, on a été le chercher parce qu’on le voulait plus que tout. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant