Bulgarie : la famille de Maria impatiente de récupérer son «ange blond»

le
4
Bulgarie : la famille de Maria impatiente de récupérer son «ange blond»
Bulgarie : la famille de Maria impatiente de récupérer son «ange blond»

L'envie de récupèrer Maria et la peur qu'elle soit enlevée par les services sociaux : voilà les sentiments qui animent, en Bulgarie, les proches de Maria, la fillette abandonnée en Grèce par des roms bulgares et surnommée «l'ange blond». Des tests ADN ont confirmé vendredi l'identité de ses parents biologiques, Sacha et Atanas Roussev, soupçonnés par la justice de l'avoir vendu pour financer leur retour en Bulgarie. Eux le nient catégoriquement, mais quelle que soit l'issue de l'enquête, les chances de voire Maria réintégrer sa famille sont extrêmement minces.

«Qu'on fiche la paix à mes parents !»

«Rendez-nous Maria ! Nous l'abriterons et partagerons notre pain avec elle», s'exclame ainsi Katia Rousseva, 20 ans, la soeur aînée de

Maria, blonde elle aussi, visage émaillé de taches de rousseur, sourcils presque blancs. «Nous ne la cèderons pour rien au monde», s'écrie-t-elle devant sa masure à Gourkovo, où elle habite avec son mari Moustafa et ses deux enfants, enceinte d'un troisième.

«Je gardais mes huit frères et soeurs à Nikolaevo (ndlr: à 5 km de Gourkovo) quand mes parents étaient en Grèce. A son retour, maman a dit qu'elle y avait laissé un bébé. Elle n'avait pas d'argent pour payer son passeport», témoigne-t-elle.

Katia s'inquiète de ses parents, soupçonnés de vente de bébé et qui risquent six ans de prison. Sacha et Atanas Roussev ont disparu depuis vendredi matin du ghetto de Nikolaevo avec les trois de leurs enfants blonds. La police assure «qu'ils sont en Bulgarie et pas en détention». Leurs voisins affirment qu'une chaîne de télévision leur paie les frais d'un appartement à Sofia, pour les garder à l'abri et les interviewer. «Qu'on fiche la paix à mes parents. Maman n'a rapporté aucun argent pour avoir laissé Maria, nous avons vécu dans la même misère après son retour de Grèce», témoigne Katia.

La menace des servces sociaux

Le ghetto de Nikolaevo est aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 le samedi 26 oct 2013 à 19:58

    Qu'en pense le Président ? On attend sa déclaration à la télévision !

  • M2280901 le samedi 26 oct 2013 à 14:51

    ah le négoce rom !!!

  • LeRaleur le samedi 26 oct 2013 à 14:41

    Ouais, mais faudrait savoir comment la gamine est passée de Bulgarie en Grèce. Tout le reste est du foin.

  • JJYYBB le samedi 26 oct 2013 à 14:21

    super et en France on fait quoi?