Buisson : «Les PME de l'agroalimentaire sont en danger de mort !»

le
0
Jean-René Buisson, le patron de l'Ania, l'association des industriels de l'agroalimentaire, en appelle au président de la République concernant le déroulement des négociations commerciales.

A trois semaines de l'échéance, les négociations commerciales sont toujours au point mort. C'est le constat que fait Jean-René Buisson, le patron de l'Ania, l'association qui fédère les entreprises de l'industrie agroalimentaire, ce lundi. «A fin janvier, au moins la moitié des accords sont normalement bouclés entre industriels et distributeurs, déclare Jean-René Buisson. Cette année, nous n'avons pas démarré !». Connu pour son ton direct, cet ancien de Danone en a profité pour pointer du doigt deux enseignes, Leclerc et Carrefour, qui entretiennent une situation de «blocage absolu».

Principale pomme de discorde : les augmentations de prix demandées par les industriels du secteur aux distributeurs. Les géants de l'agroalimentaire comme les PME espèrent ainsi compenser la flambée des cours des matières premières (blé, colza, cacao, etc.), dont la plupart ont doublé en six mois, qui a fait grimper leurs prix de revient. Sans ces augmentations de prix, comprises

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant