Buffon/De Gea : choc titanesque

le
0
Buffon/De Gea : choc titanesque
Buffon/De Gea : choc titanesque

Alors qu'on regrettait il y a quelques jours encore que les gardiens ne soient pas assez mis à contribution pendant cet Euro, Gianluigi Buffon et David de Gea ont tous les deux livré une grande prestation, ce lundi au Stade de France.

Ils n'ont pas grand chose en commun si ce n'est qu'ils sont deux très grands gardiens de but. Cette après-midi au Stade de France, ils l'ont prouvé, chacun à leur tour. Sans David de Gea, l'Espagne aurait pu se prendre une déculottée bien plus sévère que celle que vient de lui infliger l'Italie. Sans son Gigi l'Italie, la Squadra Azzurra aurait bien pu concéder une égalisation dramatique en seconde période. Au final, un seul des deux poursuivra l'aventure et c'est bien dommage. C'est avec regret que Denis Brogniart vient d'éteindre le flambeau de David, éliminé par son équipe, les rouges. On le regrettera car il était l'un des premiers gardiens de cette compétition majeure à rendre une prestation aussi belle, pleine de panache et de bonds insensés. Buffon, lui, a su préserver le score dans les ultimes moments de la rencontre, juste avant ce contre assassin conclu par Pellè. Ces deux très grands joueurs ont enfin lancé l'Euro des gardiens de but, qu'on ne voyait que trop peu depuis le lancement de la compétition.

De Gea intraitable


Alors que l'Euro grouille depuis son lancement de gardiens de but tous plus talentueux les uns que les autres – Neuer, Lloris, Courtois – le portier espagnol restait lui sur une prestation assez médiocre face à la Croatie. La confiance n'était donc pas au rendez-vous du côté de la Roja. Et c'était assez compréhensible. Secoué par un scandale monumental au pays, David de Gea avait toutes les raisons d'avoir la tête ailleurs. Il a pourtant parfaitement assumé son statut face aux offensives italiennes. Au final, le portier a craqué sur un coup franc relâché alors qu'il était en train de placer son mur et sur une fusillade à bout portant alors que toute sa défense l'avait abandonnée. Au final, De Gea n'aurait rien pu faire de mieux pour empêcher cette défaite espagnole. Bien au contraire : sans lui, l'addition aurait été plus salée. Et c'est peu dire qu'avec Manchester United, l'homme a pris l'habitude d'être meilleur que ses coéquipiers. Cette après midi, si l'Espagne a perdu, De Gea a au moins prouvé à son idole qu'il pouvait lui aussi devenir un très, très grand gardien de but. "Il est une idole pour tout gardien et une légende vivante…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant