Buffalo Grill : nouvel appel à la grève ce samedi soir

le
7
Buffalo Grill : nouvel appel à la grève ce samedi soir
Buffalo Grill : nouvel appel à la grève ce samedi soir

Au moins une cinquantaine de restaurants Buffalo Grill devraient être en grève ce samedi soir, à l'appel de deux syndicats qui protestent contre un projet de la direction sur le temps de travail, ont indiqué des responsables syndicaux.

Dimanche dernier, une cinquantaine de restaurants, sur les quelque 200 que compte la chaîne avaient déjà fait grève pour les mêmes raisons. «Nous espérons faire encore mieux ce soir. Le personnel est appelé à cesser le travail à partir de 19 heures et jusqu'à 23 heures», a indiqué à l'AFP Jean-Luc Giraudon, secrétaire fédéral de FO-FGTA (branche restauration). Le service ne sera pas assuré dans les restaurants en grève ou a minima, a-t-il précisé.

A Paris, où le mouvement devrait commencer dès 15 heures, au moins quatre restaurants sur cinq seront fermés, selon Boubacary Dembele (CGT).

«L'entreprise a fait 11 millions d'euros de bénéfices en 2013 et veut imposer au personnel un projet de modulation du temps de travail pour faire encore mieux, car son actionnaire principal devrait se retirer en 2015», explique Jean-Luc Giraudon. «Pour les 4.000 salariés, cela signifie la fin des heures supplémentaires et complémentaires qui ne seront plus payées mais récupérées. Et une perte de pouvoir d'achat, alors que nous sommes dans une branche où l'on a déjà du mal à recruter parce qu'on paye mal», a-t-il ajouté.

De son côté, la direction de l'enseigne affirme que plusieurs réunions de concertation avaient eu lieu sur ce projet avec les organisations syndicales. «Cette mesure, qui fait partie de la convention collective signée en 2007, est nécessaire pour adapter l'organisation des restaurants à l'évolution de la fréquentation, dans un contexte qui est assez difficile», explique un responsable.

Une réunion est prévue lundi entre la direction et les délégués syndicaux, ont indiqué FO et la CGT. Une intersyndicale devrait ensuite se réunir pour évoquer les suites du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2473957 le dimanche 1 juin 2014 à 09:59

    Nono67 quon paye mal alors que les bénéfices sont importants... Il ny a rien qui te choque...

  • v.sasoon le samedi 31 mai 2014 à 21:03

    http://reseauinternational.net/blog/2014/03/15/les-etats-unis-pris-en-train-de-planifier-des-attaques-terroristes-en-ukraine/

  • jf2007 le samedi 31 mai 2014 à 16:20

    bien d'accord avec fortunos!!!

  • fortunos le samedi 31 mai 2014 à 15:23

    les neuneux ci-dessous n ont pas lu completement l article,les employes veulent travailler plus ce que refusent leurs patrons

  • fortunos le samedi 31 mai 2014 à 15:18

    Si on sui le raisonnement de Lexomyl,il faut innterdire la democratie dans le monde du travail et abolir les syndicats,comme le font certains dictateurs)et pas tous encore)

  • lexomyl le samedi 31 mai 2014 à 14:47

    Encore et toujours le droit de nuisance des syndicats irresponsables.Peuple, mon peuple, rejette ces déchets de la société dont l’existence même est fondée sur le chaos permanent.

  • nono67 le samedi 31 mai 2014 à 14:01

    "alors que nous sommes dans une branche où l'on a déjà du mal à recruter parce qu'on paye mal" On a du mal à recruter car les gens ne veulent pas bosser . limitez lzs allocs assedics à 500 euros par mois et vous verrez comment tous les postes seront pourvus . enfin , qu'attendent les syndikakaka pour monter un restaurant , avec leur argent , et montrer la " voie à suivre " en matiere sociale . La france est remplie de donneurs de leçons qui n'ont jamais pris le moindre risque !!