Budget rectificatif : l'État comble les brèches en urgence

le
3
Christian Eckert et Michel Sapin se félicitent de la tenue de la dépense publique. Mais les recettes ne sont pas au rendez-vous.
Christian Eckert et Michel Sapin se félicitent de la tenue de la dépense publique. Mais les recettes ne sont pas au rendez-vous.

La France maîtrise-t-elle encore ses comptes publics ? Telle était un peu la question sous-jacente à la présentation mercredi du traditionnel projet de loi de finances rectificatif de fin d'année 2014. L'opposition soulignera volontiers que le second "collectif budgétaire" de l'année acte le dérapage du déficit public de 4,1 % du PIB fin 2013 à 4,4 % cette année, alors que la loi de finances initiale tablait sur une baisse à 3,6 % et le premier budget rectificatif à 3,8 %. L'écart est considérable, mais il est conforme à ce qui avait été dévoilé par Michel Sapin fin août.

Le creusement du déficit est essentiellement lié à l'évanouissement de la timide reprise esquissée fin 2013. Comme dévoilé dans la loi de programmation des finances publiques de 2014-2019, le gouvernement n'attend plus qu'une progression de l'activité de 0,4 % contre 1 % initialement, ce qui pèse sur les rentrées fiscales attendues. 6,1 milliards devraient donc manquer à l'appel par rapport à ce qui était pourtant encore prévu lors du précédent collectif budgétaire. Le trou est particulièrement important sur l'impôt sur le revenu : les plus-values sur les valeurs mobilières ne sont pas à la hauteur. Mais il concerne également la TVA.

Une augmentation des dépenses de seulement 1,4 %

Le gouvernement préfère donc souligner qu'il maîtrise les dépenses. En valeurs (y compris l'inflation), elles ne devraient finalement augmenter que de 1,4 % par rapport à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4841131 le mercredi 12 nov 2014 à 18:17

    http://www.planetoscope.com/comptes-publics/315-compteur-de-la-dette-publique-de-la-france.html ..... 126 M€ déjà ce jour pour 2014 soit 4640€ par seconde

  • M8252219 le mercredi 12 nov 2014 à 18:06

    88 milliards de déficit en 2014 et pas une réforme structurelle pour le réduire.Réduire de moitié le nombre des parlementaires, plafonner et fiscaliser tous leurs revenus,indemnités et avantages comme tous citoyens.Suppression du sénat.suppression des régimes et statuts spéciaux,la retraite à 65 ans pour tous,la semaine de 39 heures pour tous et 39 heures effectives de travail pas que de présence.3 jours de délai de carence en arrêt maladie et pour tous.

  • pichou59 le mercredi 12 nov 2014 à 16:51

    incroyable ces propos du magicien d'oz'ena ::: tenue de la dépense publique, mais les recettes ne sont pas au rendez-vous.!!! dans le privé, il serait viré!!!