Budget : pourquoi la commission n'est pas prête à sanctionner la France

le
3
Pierre Moscovici va devoir évaluer le travail de son successeur.
Pierre Moscovici va devoir évaluer le travail de son successeur.

La Commission européenne rend enfin vendredi son avis définitif sur le budget 2015 français. Le baptême du feu pour le commissaire aux affaires économiques et monétaires en charge du dossier, Pierre Moscovici, attendu au tournant. Une question est sur toutes les lèvres : sanctionnera-t-il la France par une amende de 0,2 % du PIB comme le prévoient les règles budgétaires européennes en cas de non-respect des engagements ? La réponse est claire. Non. En tout cas, pas maintenant. Le dossier français est tellement délicat que Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission, veut se donner plus de temps pour juger des efforts réels produits. D'un côté, humilier Paris en lui faisant payer une amende est une décision très lourde alors que les eurosceptiques gagnent du terrain. "Sanctionner est toujours un échec", ne cesse de répéter Pierre Moscovici. D'un autre côté, les pays du Sud, qui ont dû consentir des efforts considérables pour réduire leur déficit en plein coeur de la crise, ne comprendraient pas qu'un passe-droit soit octroyé à un grand pays. Le budget 2014, central dans l'évaluationPour être sûr de ne pas commettre d'impair, le Luxembourgeois veut donc juger les efforts français avec le maximum d'informations. Or les comptes définitifs de la France pour 2014 ne seront connus, comme chaque année, que le 31 mars. L'occasion d'y voir un peu plus clair sur les efforts consentis depuis l'octroi d'un délai exceptionnel de deux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 28 nov 2014 à 09:24

    DES RÉFORMES STRUCTURELLES:LA TVA SOCIALE tous les français bénéficient de la redistribution sociale tous doivent participer à son financement,pas seulement les salariés et les entreprises.LA RÉDUCTION DE MOITIÉ NOMBRE DES PARLEMENTAIRES,avec plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus.SUPPRESSION DU SÉNAT.SUPPRESSION DE TOUS LES STATUTS SPÉCIAUX. REVENIR A 39h hebdomadaires pour TOUS,LA RETRAITE À 65 ANS POUR TOUS,3jrs DE DÉLAI DE CARENCE POUR TOUS en arrêt maladie.2017!!

  • b.renie le vendredi 28 nov 2014 à 07:55

    On se demande pourquoi Mr OSCOVICI enfile ses lunettes. Il n'y en a pas besoin car cela fait des années que l'on sait les vrais problèmes que la France doit résoudre pour redevenir un pays plein de promesses pour ses citoyens. Réduire les dépenses publiques en réformant l'organisation politico administrative du pays totalement inadaptée à l'économie moderne décentralisée. Rendre à l'économie réelle sa compétitivité sur les marchés internationaux en réécrivant le code du travail.

  • janaliz le vendredi 28 nov 2014 à 06:36

    Sapin va encore nous réserver un tout de passe-passe... Avec un chômage qui explose, conséquence de la baisse d'activité générale, avec une consommation complètement atone, conséquence quasi directe de la 1ere affirmation, avec des investissements en berne, conséquence indirecte des 2 affirmations précédentes et directe de la dernière, avec une fiscalité confiscatoire qui détruit tout, et un pays incapable de se réformer, je ne vois pas très bien comment on pourra éviter l'humiliation...