Budget : les ministères vont devoir se serrer la ceinture

le
1
Seuls deux secteurs échapperont aux nouvelles économies budgétaires : l?enseignement et la sécurité. (Photo d'illustration)
Seuls deux secteurs échapperont aux nouvelles économies budgétaires : l?enseignement et la sécurité. (Photo d'illustration)

Nouveau tour de vis en vue pour le budget de l'État. Selon une information des Échos

, Matignon a récemment envoyé aux ministères les lettres de cadrage budgétaire dans lesquelles il leur est demandé un nouvel effort. C'est la première étape de la préparation du projet de loi de finances pour 2017.

Pour tenir le cap des 50 milliards d'économies prévues pour 2015-2017, l'État et ses opérateurs doivent réaliser 1,9 milliard d'économies supplémentaires en 2016, puis 2 milliards en 2017, selon le courrier adressé par le Premier ministre et obtenu par Les Échos. Tout en donnant la priorité au financement du plan d'urgence pour l'emploi et compenser l'impact de la faible inflation. Cet effort est conforme à ce qui avait été annoncé dans le programme de stabilité transmis à la Commission européenne.

L'éducation et la sécurité épargnées

Pour atteindre cet objectif, et tenter de réduire le déficit public à 2,7 % du PIB l'année prochaine, Manuel Valls demande aux ministres de réduire de 2 % leurs effectifs, et de stabiliser la masse salariale. Il n'y aura donc pas de rallonge budgétaire pour financer la revalorisation du point d'indice des fonctionnaires et l'accord sur la rémunération des carrières. Les dépenses dites « de guichet » (comme les prestations sociales) ne devront pas augmenter, et les autres...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft il y a 7 mois

    Avec un budget de l'Etat déficitaire de 20 à 30% tous les ans, c'est une évidence qu'il faut faire quelque chose. Se "serrer la ceinture", je ne suis pas sûr, ça ne résoud pas le fond du problème. Retrouver des leviers de flexibilité monétaires nationaux, notamment pour pouvoir dévaluer la monnaie, ça semble déjà plus crédible. Ca serait assurément douloureux, mais ça permettrait de régler la dette plutôt que de tomber dans la mise en esclavage. (petite pensée pour nos amis grecs...)