Budget : la droite vilipende un «choc fiscal» contre les entreprises

le
1
La commission des finances de l'Assemblée s'est réunie vendredi pour entendre Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac.

Pour beaucoup d'anciens ministres de Nicolas Sarkozy, c'était «la» commission où il fallait être pour ce quinquennat d'opposition. Aujourd'hui siègent à la commission des finances de l'Assemblée François Baroin, Xavier Bertrand, Christian Estrosi, Yves Jégo, Bruno Le Maire, Patrick Ollier, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Éric Woerth. Et quelques bretteurs des discussions budgétaires comme les centristes Charles de Courson et Philippe Vigier ou les libéraux de l'UMP Jean-Pierre Gorges et Hervé Mariton. Le tout sous la houlette de Gilles Carrez.

Et c'est le président UMP de la commission qui a ouvert le feu, vendredi, à peine achevé le Conseil des ministres de présentation du projet de loi de finances 2013. «Ce budget du tout-fiscal relève de l'improvisation», a accusé Gilles Carrez. «Le choc fiscal est trop violent, déplore-t-il. Les économies de dépenses sont insuffisantes.» À peine son communiqué publié, la commission se réunissait à midi pour ent

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le samedi 29 sept 2012 à 08:14

    JPi - Ce sont les plus grosses entreprises qui vont payer, style CAC40. Vous savez de celles qui permettent les salaires mirobolants, les parachutes dorés, des primes exorbitantes et encore les stocks option pour leur cadres supérieurs à un point tel que les jeunes sont payés avec des lances pierre et que les entreprises peuvent manquer de liquidités. Bien fait et les 75% avec. Rééquilibrons!