Budget : des « économies » de 10 milliards en trompe-l'œil

le
0
En choisissant de stabiliser le nombre de fonctionnaires (et même de l'augmenter en début de quinquennat), le gouvernement se prive d'une source d'économie.

Les majorités changent mais les habitudes demeurent: en France, aucune baisse réelle des dépenses de l'État n'est au programme. Le gouvernement Ayrault se contente d'en limiter la hausse, en reprenant à son compte les règles de l'équipe Fillon. Ainsi, depuis quelques années, les dépenses de l'État dans leur ensemble ne doivent pas progresser plus vite que l'inflation. Rien d'étonnant que cet objectif, qui n'a rien de drastique, soit respecté en 2013. Les dépenses passeront de 369,8 milliards d'euros en 2012 à 370,9 milliards d'euros l'an prochain, soit une hausse 0,3 %, inférieure à la hausse des prix. Le gouvernement ne dérogera pas non plus à la seconde règle, en place depuis deux ans, qui veut que les dépenses de l'État, mais hors de la charge de la dette et pensions de retraite, n'augmentent pas d'un euro. De fait, en éliminant des dépenses en nette hausse comme les intérêts de la dette, l'exécutif se simplifie la tâche! En 2013, cette enve

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant