Budget de la Sécurité sociale : tout ce qui va changer en 2017

le
0
Budget de la Sécurité sociale : tout ce qui va changer en 2017
Budget de la Sécurité sociale : tout ce qui va changer en 2017

Les députés votent ce mercredi, dans l'après-midi, en première lecture, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Dans ce projet de budget, deux branches seraient excédentaires : accidents du travail et retraites. La branche famille serait à l'équilibre. En revanche, le déficit de l'assurance maladie serait de 2,6 milliards d'euros, contre 4,1 milliards d'euros en 2016. Reste que le gouvernement, qui promet de combler «le trou», a oublié une composante de taille : le Fonds de solidarité vieillesse (FSV), qui verse le minimum vieillesse et les cotisations retraite des chômeurs. Son déficit est prévu à 3,8 milliards. En l'intégrant au «trou» global de la Sécu, celui-ci atteindrait donc 4,2 milliards d'euros, contre 7,2 en 2016, mais à son plus bas niveau depuis 2001... 

 

Pour atteindre son objectif, le gouvernement va devoir devoir tailler dans la branche maladie afin de réaliser 4 milliards d'euros d'économies, tout en appliquant dans le même temps les revalorisations dans la fonction publique hospitalière et chez les médecins libéraux pour un montant total de plus d'un milliard d'euros. Les hôpitaux seront largement mis à contribution, avec l'objectif de réaliser 1,5 milliard d'euros d'économies, notamment en optimisant ses dépenses (845 millions) et grâce à l'ambulatoire (640 millions).

Dans ce contexte, plusieurs changements vont être mis en oeuvre : 

 

Baisse de la CSG pour les retraités modestes. Près de 500 000 retraités aux faibles revenus vont bénéficier d'une baisse de leur CSG à taux réduit à 3,8% au lieu de 6,6%) ou d'une exonération totale. L'exonération s'appliquera aux retraités qui perçoivent moins de 1 018 euros par mois et le taux réduit à ceux qui touchent moins de 1 331 euros par mois.

Cette mesure, dont le coût est estimé à 280 millions d'euros, devrait être financée par la réforme du régime des attributions gratuites d'actions, qui doit être ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant