Budget de la Sécu : Valls se dit «capable de convaincre» les frondeurs du PS

le
0
Budget de la Sécu : Valls se dit «capable de convaincre» les frondeurs du PS
Budget de la Sécu : Valls se dit «capable de convaincre» les frondeurs du PS

Alors que le gouvernement a fait adopter mardi sans difficultés à l'Assemblée son budget rectificatif de l'Etat, les tensions demeurent dans la majorité sur celui de la Sécurité sociale en cours d'examen. L'opposition des «frondeurs» du PS, , soutenus par les écologistes et le Front de Gauche, ont conduit le gouvernement à envisager le recours au vote bloqué ou à l'article 49-3 de la Constitution, qui permet l'adoption d'un texte sans vote. Ce mercredi matin, le Premier ministre Manuel Valls se dit toutefois «convaincu» qu'il parviendra à obtenir une majorité lors du vote sans «utiliser (c)es armes».

«Pour le moment, les articles les plus importants ont été adoptés dans le débat normal, je suis convaincu que nous n'aurons pas besoin d'utiliser les armes» du vote bloqué ou bien de l'article 49-3, a déclaré Manuel Valls sur RMC-BFMTV. Soulignant qu'«on ne peut pas retarder l'adoption de mesures importantes», le Premier ministre a estimé que le gouvernement était «capable de convaincre» les députés socialistes «frondeurs». Il a d'ailleurs relevé que ces-derniers n'avaient «pas empêché l'adoption mardi du budget rectificatif de l'Etat».

Pourtant, les «frondeurs» ont averti qu'ils ne voteraient pas «en l'état», le 8 juillet prochain, le projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale (PLFSSR), vu notamment le «mauvais équilibre entre les entreprises et les ménages». 

S'il assure qu'il «fera tout pour débloquer», Manuel Valls n'entend pas faire de concessions aux contestataires. Mercredi, il a de nouveau promis que le gel des prestations sociales, prévu dans le plan de 50 milliards d'économies sur trois ans, ne sera pas une mesure négociable avec les députés.

La baisse controversée des cotisations des employeurs votée à l'Assemblée

La baisse des cotisations sociales des employeurs sur les bas salaires et des cotisations d'allocations familiales, prévue dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant