Budget de la Sécu : les frondeurs du PS menacent à nouveau de s'abstenir

le
5
Budget de la Sécu : les frondeurs du PS menacent à nouveau de s'abstenir
Budget de la Sécu : les frondeurs du PS menacent à nouveau de s'abstenir

Les frondeurs PS menacent encore. Après le projet de budget la semaine dernière, ces députés en guerre contre la politique économique, menacent maintenant de s'abstenir contre le projet de budget de la Sécurité sociale, qui doit être voté mardi à l'Assemblée nationale. L'appel à l'unité lancé dimanche par François Hollande ne semble pas avoir calmé les velléités de certains. 

Au nom de sa «liberté de parole», le député PS Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, a fait savoir lundi qu'il ne donnerait pas sa voix au gouvernement. «Je vais m'abstenir pour continuer à demander qu'il y ait un soutien au pouvoir d'achat des ménages» a-t-il prévenu sur Sud Radio.

Hamon hésite

Benoît Hamon pourrait une nouvelle fois se ranger du côté des abstentionnistes. «Je verrai», a répondu dimanche le député PS des Yvelines sur le plateau de BFMTV. 

La semaine dernière, l'ex-ministre de l'Education s'est abstenu sur le budget de l'Etat, tout comme une autre ancienne ministre, Aurélie Filippetti. Le texte a toutefois été adopté, mais avec un score serré : 266 votes pour, 245 contre et 56 abstention. Parmi les abstentionnistes, figuraient 39 élus socialistes.

Encore plus d'abstentionnistes ?

Les abstentions socialistes seront-elles plus nombreuses que mardi dernier ? Certains députés en sont convaincus, allant jusqu'à évoquer un recours de dernière minute à l'article 49-3 de la Constitution, qui permettrait au gouvernement de faire adopter sans vote le PLFSS, à moins que l'adoption par l'Assemblée d'une motion de censure ne l'oblige à démissionner. Une hypothèse qui semble à d'autres très peu probable. Car si les frondeurs ont défendu leurs thèses, ils ne se sont pas livrés à une guérilla parlementaire. En effet, les débats initialement prévus jusqu'à lundi, se sont terminés vendredi, plus tôt que prévu.

La modulation des alloc' divise à gauche et fait hurler à droite

Mesure phare ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 27 oct 2014 à 17:01

    Qu'ils votent contre s'ils sont contre mais s'abstenir revient à voter OUI, ah les faux .....

  • fpelu le lundi 27 oct 2014 à 15:53

    C'est comme demander une augmentation au patron d'une boîte en faillite.

  • fpelu le lundi 27 oct 2014 à 15:52

    Donner du pouvoir d'achat avec l'argent que l'état n'a pas.

  • bordo le lundi 27 oct 2014 à 15:29

    Tout le monde parle de lui, il est pris en photo, on lui demande son avis, le tout sans rien faire et sans prendre aucun risque. La vie n'est-elle pas belle ? Le seul truc pas sympa c'est d'être proche d'Aubry.

  • M4709037 le lundi 27 oct 2014 à 15:13

    Des frondeurs ? non plutôt des froussards. Trop facile de s'abstenir lorsque le vote positif est assuré. S'ils sont contre ce budget qu'ils votent contrent.