Budget de l'UE : le grand marchandage a commencé

le
0
La chancelière allemande se pose en arbitre entre le président français et le premier ministre britannique.

L'Europe a engagé jeudi soir un bras de fer tendu sur ses dépenses jusqu'à la fin de la décennie. Avec la chancelière Angela Merkel en arbitre entre les «parcimonieux», menés par David Cameron, et les partisans d'un soutien résolu à la croissance, conduits par François Hollande.

Les vingt-sept dirigeants autour de la table doivent s'entendre à l'unanimité sur un budget 2014-2020 oscillant autour de 920 milliards d'euros. La nuit s'annonçait longue et difficile. Les tractations, où chaque pays défend son intérêt national en invoquant un «juste retour», risquent de se prolonger vendredi, voire samedi.

Décrivant un exercice de haute vol­tige, la chancelière allemande a dit sa volonté de «faire attention à la dépense» tout en assurant «la solidarité entre le nord et le sud de l'Europe». Les positions des uns et des autres restent, dit-elle, «enc...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant