Budget de l'Etat : la Cour des comptes demande plus d'économies

le
0
Budget de l'Etat : la Cour des comptes demande plus d'économies
Budget de l'Etat : la Cour des comptes demande plus d'économies

Le déficit est en baisse en 2012, mais le gouvernement peut mieux faire... C'est en substance le message adressé cet après-midi par la Cour des comptes dans son rapport sur la «gestion budgétaire de l'État». S'ils «certifient» les comptes de l'État pour 2012, les sages de la rue Cambon appellent à un peu plus d'efforts.

Rythme «ralenti» pour la baisse du déficit. Le déficit budgétaire en 2012 s'établit finalement à 87,2 milliards d'euros. Il s'agit «d'une faible diminution du déficit budgétaire par rapport à 2011 », déplore la Cour. En effet, malgré trois lois de finances rectificatives, il n'a baissé «que» de 3,5 milliards d'euros l'année dernière, contre une chute de 14,09 Mds? en 2011. «La réduction du déficit budgétaire a été permise par la hausse des recettes fiscales», avance la Cour. Qu'ils aient été votés sous François Fillon ou Jean-Marc Ayrault, les nouveaux impôts ont en effet permis de récolter 13 milliards supplémentaires.

Accroître les efforts de réduction des dépenses. « En période de ralentissement économique, l'effort fiscal ne peut suffire pour réduire le déficit budgétaire», assure la cour des comptes. Et d'ajouter : «Au-delà de la régulation budgétaire, des économies structurelles s'imposent sur les grandes composantes de la dépense.» En clair, les sages de la rue Cambon incitent le gouvernement à passer le turbo. Et plus particulièrement sur le délicat dossier des «dépenses fiscales» (réduction d'impôts etc.).

Faire le ménage dans les niches fiscales. Ces «niches» coûtent environ 70 milliards d'euros par an. C'est tout du moins l'estimation faite par Bercy. Des chiffres dont doute la Cour des comptes. Car,«dans les documents budgétaires actuels», l'évaluation de «193 dépenses fiscales représentant chaque année 23 milliards d'euros» n'est «qu'un ordre de grandeur». Un gros ménage est nécessaire. Certaines niches...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant