Budget : comment le gouvernement va serrer la vis

le , mis à jour le
11
Michel Sapin et Christian Eckert se défendent de toute austérité.
Michel Sapin et Christian Eckert se défendent de toute austérité.

Michel Sapin ne soumettra pas au Parlement la nouvelle trajectoire budgétaire française détaillée dans son programme de stabilité. Et l'on comprend pourquoi. Même si le gouvernement refuse de réduire le déficit structurel (celui qui ne dépend pas des effets de la conjoncture sur les finances publiques) autant que recommandé par la Commission européenne, il va tout de même devoir faire avaler à sa majorité 4 milliards d'euros d'économies supplémentaires en 2015 et encore 5 milliards en 2016 pour revenir sous les 3 % de déficit d'ici fin 2017. Sans compter 2017... Mercredi, Michel Sapin a d'abord détaillé les quelque 4 milliards requis en 2015 pour parvenir à 21 milliards sur les dépenses comme prévu dans le fameux plan d'économies de 50 milliards en trois ans. Ces 4 milliards s'ajoutent aux 3,6 milliards trouvés in extremis à la fin de l'année dernière pour obtenir une première approbation de Bruxelles.La charge de la dette en nette baisseLe ministre des Finances et son secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, ont tout fait pour que ce ne soit pas trop douloureux. Près de la moitié de la somme à trouver va provenir d'économies de "constatation". 1,2 milliard sera économisé sur les intérêts de la dette grâce à la politique exceptionnelle de la BCE qui fait baisser les taux réclamés à la France. Michel Sapin souligne sa prudence en la matière, puisque la baisse des taux et l'inflation zéro ont fait gagner en tout 3...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 11246605 le jeudi 16 avr 2015 à 09:20

    Conclusion, ils profitent des conjonctures économiques favorables pour ne rien faire, déjà occupés par les élections de 2017.

  • miez1804 le jeudi 16 avr 2015 à 09:16

    @MIKE3000: 100% d'accord avec vous, il faudra aussi reduire le financement des partis politique et des sindyc.

  • MIKE3000 le jeudi 16 avr 2015 à 09:09

    Je dirais: plus de 200 M€ d'économies: sup. de l'AME, CMU, sup. des subventions des associations, sup. du Sénat, 450 députés de moins, 500000 fonctionnaires en moins, alignement de toutes les retraites ( cotisations / calcul ) sup. des retraites pour ceux qui n'ont jamais travaillés en France, interdiction des "petits fours et apéros" dans toutes les instances de la république, Frais des politiques remboursés sur justificatif, réduction du train de vie de l'état! etc ...

  • Toti1926 le jeudi 16 avr 2015 à 09:02

    Irréalisable car ils ne touchent pas aux fonctionnaires ni au personnel politique dont nous ne savons que faire, sinon payer, toujours payer!

  • gacher le jeudi 16 avr 2015 à 08:40

    en france 60000 elus et des milliions de fonctionnaires. Mais on ne touche pas à ces rentes.

  • fquiroga le jeudi 16 avr 2015 à 08:35

    Et toujours pas un centime de réduction du déficit structurel...(reduction fonctionnaires).....

  • M898407 le jeudi 16 avr 2015 à 08:11

    Ces deux incapables ne savent que constater les faits de l'actualité, mais ils ont le culot de faire croire que c'est la conséquence de leur action.....

  • jep02 le jeudi 16 avr 2015 à 07:49

    Et on va constater quoi si les taux ou l'inflation remontent ?

  • pichou59 le mercredi 15 avr 2015 à 19:14

    encore le peuple laborieux qui va trinquer; déjà avec la baisse des dotations aux communes, AUGMENTATION DES IMPOTS LOCAUX ENTRE 10 ET 40% - et les élus et assimilés, ces bénévoles, .... continuent à encaisser .....indemnités, régime spéciaux, retraites , cumuls, indemnités non imposables

  • a.lauver le mercredi 15 avr 2015 à 18:04

    lol des économies de constatation... Nos gouvernants sont géniaux!!