Budget : comment l'assurance maladie va économiser 1,4 milliard d'euros

le , mis à jour à 15:23
0
Budget : comment l'assurance maladie va économiser 1,4 milliard d'euros
Budget : comment l'assurance maladie va économiser 1,4 milliard d'euros

Comme pour 2016, le ministère de la Santé a plafonné à 1,75% la hausse maximale des dépenses de santé remboursables en 2017, alors que « naturellement » elles devraient augmenter d’environ 2%. Pour tenir cet objectif national de dépenses d’assurance maladie (Ondam), Nicolas Revel, le directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), doit trouver 1,4 milliard d’économies l’an prochain.

 

Vendredi matin, il remettra aux partenaires sociaux un documents, dénommé « Charges et produits », qui détaille les pistes d’économies retenues. Des pistes qui vont inspirer le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2017. Tous les secteurs ou presque vont devoir se serrer la ceinture. Détails.

 

Salaires hospitaliers : +1,5% maximum. « Pour ne pas générer de déficit hospitalier », explique la Cnam, les établissements de santé sont invités à poursuivre leur politique de maîtrise de la masse salariale. Comme depuis 2015, cette masse salariale des hôpitaux ne devra pas progresser de plus de 1,5% en 2017, contre 2,1% en tendance habituelle.

 

430 M€ sur les prescriptions de médicaments. Mieux prescrire pour mieux dépenser, c’est la philosophie de la Cnam qui milite pour «le juste soin ». Elle va donc s’appuyer en 2017 une nouvelle fois sur les médecins qui ont tendance, dit-elle, comparé à nos voisins, à prescrire souvent les innovations les plus récentes et les plus chères, ce qui n’est pas toujours nécessaire. L’objectif d’économies - 430 millions d’euros - est raisonnable puisqu’en 2014 cette politique d’incitation à l’amélioration des prescriptions a évité 460 M€ de remboursements et même 600 millions en 2015. Une nouvelle campagne massive de sensibilisation des prescripteurs par des médecins conseils va être menée et des logiciels d’aide à la prescription seront déployés. Ces actions cibleront le recours excessif aux antibiotiques ainsi que des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant