Budget 2017 : Sapin et Hollande défendent des choix «sérieux»

le , mis à jour à 12:38
7
Budget 2017 : Sapin et Hollande défendent des choix «sérieux»
Budget 2017 : Sapin et Hollande défendent des choix «sérieux»

«Ce budget est sérieux». Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances, a défendu ce mercredi les choix budgétaires du gouvernement pour l'année prochaine. François Hollande en a fait de même lors du Conseil des ministres, évoquant un objectif de contrôle du déficit à 2,7% du PIB «crédible et sérieux».

 

«C'est vrai qu'une prévision peut être toujours discutée mais jusqu'ici, et depuis quatre budgets, nous avons été conformes aux engagements que nous avons pris. Donc, nous continuons à défendre à la fois la perspective de croissance et l'objectif qui est fixé, et qui est crédible et sérieux», a déclaré le chef de l'Etat selon des propos rapportés par M. Le Foll.

Objectif 2,7% de déficit. Lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2017, Michel Sapin a notamment confirmé l'objectif de retour du déficit public à 2,7% du Produit intérieur brut (PIB). «Cet engagement, nous le tiendrons», a-t-il affirmé. Le Haut conseil des finances publiques (HCFP), organe indépendant chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions budgétaires, s'est inquiété, mardi, du scénario retenu par Bercy, le siège du ministère de l'Economie, qui «tend à s'écarter du principe de prudence». Le HCFP qualifie d'«optimiste» l'hypothèse de croissance du gouvernement : 1,5% du PIB. Il juge par ailleurs «improbable» l'objectif de 2,7% de déficit public et même «incertain» son retour sous la barre fatidique des 3%. 

 

Michel Sapin se dit néanmoins «conforté» par les «résultats» obtenus en 2015, où le déficit public a atteint 3,5% du PIB alors qu'il était prévu à 4,3%. A l'époque, l'objectif était considéré comme «risquant de ne pas être atteint» par le HCFP. Or «ce qui était hors d'atteinte fut atteint», a insisté le ministre, promettant que ce qui est jugé «improbable aujourd'hui sera prouvé demain».

 

Croissance visée : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 82554976 il y a 2 mois

    Cause toujours , nous ne t'écoutons plus !!

  • jopaf il y a 2 mois

    les imposteurs socialistes vont prendre la porte comme des laquais !

  • cesarski il y a 2 mois

    la réduction du train de vie des sangsues politiques aurait été un vrai choix sérieux, la lâcheté ou la facilite est de ponctionner toujours les mêmes, pas besoin d être ena ou ministre pour le faire (une économie certaine déjà en le virant)

  • M8252219 il y a 2 mois

    L'EXEMPLE DEVANT VENIR D'EN HAUT. Réduire de moitié le nombre des parlementaires,réduction drastique des dépenses du sénat ou suppression.supprimer les statuts spéciaux,réduire de 500 000 le nombre des fonctionnaires administratifs et assimilés.délai de carence de 3 jrs pour tous;retraite à 65 ans pour tous,avec calcul identique. semaine de 40 hrs pour tous;supprimer les comités Théodules,établir la TVA sociale tous en profitent tous doivent participer à son financement .

  • gl060670 il y a 2 mois

    Quand les rentrées fiscales des repentis, des contribuables et que les charges des entreprises vont se tarir. Sans parler des taux historiquement bas qui vont remonter. la France fera comment ? les choix sérieux seront ils toujours aussi sérieux et responsables.

  • bpasseri il y a 2 mois

    toute personne qui critiquera ce budget sera internée à vie et emprisonnée, moi je

  • vmcfb il y a 2 mois

    Le grondement sourd de la catastrophe qui monte inaudible..