Budget 2015 : les députés approuvent 45 000 emplois aidés supplémentaires

le
14
Budget 2015 : les députés approuvent 45 000 emplois aidés supplémentaires
Budget 2015 : les députés approuvent 45 000 emplois aidés supplémentaires

L'Assemblée nationale a adopté lundi soir la création de 45 000 emplois aidés supplémentaire, plus 5 000 services civiques supplémentaires, dans le budget 2015. Cet amendement, défendu par le chef de file des députés PS Bruno Le Roux, bien que soutenu par le gouvernement «dans un contexte de persistance d'un chômage élevé», a cependant été revu à la baisse. Il y a quelques semaines, le texte voté en commission à l'Assemblée par le groupe socialiste en prévoyait 50 000.

Concrètement, ces nouveaux emplois aidés se répartiront entre 30 000 contrats d'accompagnement vers l'emploi et 15 000 emplois d'avenir, ce qui doit porter à environ 170 000 le nombre de jeunes profitant de ce dispositif. Le coût de cette mesure suplémentaire s'élève au maximum à 480 millions d'euros. Une enveloppe de 15 millions d'euros sera réservée aux différentes mission locales pour permettre l'accompagnement et le suivi des emplois d'avenir. Tel que rédigé, l'amendement prévoit de prélever ces sommes sur les crédits destinés à financer les contrats de génération, qui n'ont pas encore trouvé leur public. Un point sur lequel, le gouvernement devrait revenir dans les prochains jours.

Toutefois, pour réduire la charge de l'augmentation des contrats aidés dans le budget de l'Etat, le gouvernement a fait adopter dans l'hémicycle un prélèvement annuel de 29 millions d'euros sur les réserves du fonds d'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique. Gérard Cherpion, député UMP, a estimé que le gouvernement se livrait à «double tour de passe-passe aux dépens des handicapés.» Mais surtout, les élus de droite ont déploré l'augmentation du nombre d'emplois d'avenir, jugeant leur bilan «mitigé» : ils estiment qu'ils «coûtent extrêmement cher» et concernent des associations et collectivités territoriales «en grandes difficultés financières» du fait des moindres dotations publiques.

Un coup de pouce à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le mardi 4 nov 2014 à 14:44

    A la vue des sièges clairsemés, Ils étaient nombreux nos députés à l'assemblée de paille pour le vote du budget de la France! ils s'enfouttent, ce n'est pas eux qui paient mais vous, contribuable; eux, ils ont toujours dans un coin ou un autre des opportunités d'avantages en natire ou de marges arrières non déclarées et non taxées pour se récupérer!

  • M362321 le mardi 4 nov 2014 à 12:01

    Je résumé : de l'argent jeté par la fenêtre pour faire baisser artificiellement le chômage. N'importe quoi.

  • squal72 le mardi 4 nov 2014 à 11:44

    Ca ne marche pas !!! et ils continuent sans la même direction !!! Sont-ils aussi nuls que cela ??? Plus de doutes à ce jour !!!

  • jbellet le mardi 4 nov 2014 à 11:44

    avec quel argent va t'on les payer? on pourrait prendre une partie sur le salaire des députés, l'autre sur les dotations généreusement accordées a chaque député et enfin on pourrait supprimer la chaîne de télé de l'assemblée nationale que personne ne regarde

  • M5062559 le mardi 4 nov 2014 à 11:36

    Il faut sortir les poings et leur taper dessus. Encore une mesure absurde de plus et financée avec de la dette.

  • jackie le mardi 4 nov 2014 à 11:13

    tout le monde râle et rien ne bouge, un monde quand même de revendiquer, expliquez moi un peu la raison de cet immobilisme.....

  • 445566ZM le mardi 4 nov 2014 à 11:08

    Encore du "traitement social du chomage". Une autre idée: encourager les industriels à créer leur écoles de formation, selon les spécialités qu'ils recherchent. Et encourager les industriels à entreprendre, quand un tribunal décide que l'industriel doit reprendre les syndicalistes, ou de continuer l'activité d'une usine, les investisseurs éviteront la France.

  • pichou59 le mardi 4 nov 2014 à 11:00

    ont-ils baissé le plafond (indemnité nette des élus) pour la réduction des allocations familiales, afin de les réduire pour eux et la ribambelle de hauts fonctionnaires... et qui perçoivent déjà comme l'ensemble des fonctionnaires , le SFT (supplément familial de traitement calculé en % sur le salaire)!!! mais lebranchu n'en parle pas!!!!

  • frk987 le mardi 4 nov 2014 à 10:50

    3 Millions d'emplois aidés et ils réinventent l'ex URSS !!!! Zéro chômeur.....

  • a.lauver le mardi 4 nov 2014 à 10:40

    Alors que ca fait 30 ans que tout le monde sait que ce n'est pas une solution durable et surtout hors de prix. :o) Nos politiques sont géniaux