Budget 2015 : le volet recettes adopté, malgré l'abstention massive des frondeurs

le
0
Budget 2015 : le volet recettes adopté, malgré l'abstention massive des frondeurs
Budget 2015 : le volet recettes adopté, malgré l'abstention massive des frondeurs

Les frondeurs ont réussi leur coup : envoyer un puissant coup de semonce vers leur cible, Manuel Valls. Les députés ont certes adopté ce mardi le volet recettes du projet de loi de finances 2015. Mais le score est serré : 266 votes pour, 245 contre et 56 abstention.

Avant la séance, les frondeurs, ces députés PS en guerre contre la politique économique du Premier ministre, revigorés par les prises de position de Martine Aubry, avaient promis de s'abstenir massivement. Ils ont tenu parole : 39 élus socialistes n'ont pas donné leur voix au gouvernement. La raison ? En dépit de la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu devant bénéficier à des ménages modestes et moyens, ils contestent fermement les 21 milliards d'euros d'économies, alors que la France connaît une croissance atone avec un risque de déflation. 

«On savait que le vote ne serait pas facile, mais il y a une majorité et ce rapport de force sera celui qu'on retrouvera à tous les textes à dominante budgétaire», a minimisé Matignon après le scrutin. 

Hamon et Filippetti avec les frondeurs

Plus que le nombre, ce sont les noms des nouveaux frondeurs qui claquent à l'oreille de Manuel Valls : parmi eux figurent désormais deux anciens ministres, Aurélie Filippetti, et Benoît Hamon, qui sont partis du gouvernement fin août.  De leur côté, les écologistes confirment leur prise de distance avec Matignon : seuls deux d'entre eux ont voté pour.

Manuel Valls a bien fait de câliner la semaine dernière les radicaux de gauche, eux qui menaçaient de reprendre leur liberté si le gouvernement ne faisaient pas de concessions sur des sujets qui leur tiennent à coeur. Quatorze d'entre eux ont voté pour. Ils constituent la réserve de voix indispensable au gouvernement. Car sans eux, le texte serait passé d'un cheveu. 

Sans surprise, la droite à repoussé à l'unanimité le texte. Au Front de gauche, deux voix sont quand même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant