Budget 2014 : Matignon serre la vis mais épargne les dépenses sociales

le
34
Budget 2014 : Matignon serre la vis mais épargne les dépenses sociales
Budget 2014 : Matignon serre la vis mais épargne les dépenses sociales

Matignon a adressé mardi les «lettres plafonds» de dépenses aux différents ministères et fixé l'effort de réduction des dépenses de l'Etat à 1,5 milliard d'euros pour 2014, en pleine polémique avec l'opposition sur le calcul du déficit pour cette année. Crise oblige, les dépenses en faveur de l'emploi, de la solidarité et du logement devraient être épargnées par ce tour de vis.

«Un effort structurel»

«Pour la première fois» depuis 1958, les dépenses de l'Etat «vont diminuer. (Elles) seront en diminution de 1,5 milliard d'euros», a déclaré mardi le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, depuis le perron de Matignon. «Chaque année depuis 1958, depuis les débuts de la cinquième République, les dépenses de l'Etat augmentent», a insisté le Premier ministre. «C'est la première fois qu'on va proposer au Parlement une telle diminution. C'est un effort structurel», a-t-on précisé à Matignon.

Comme cela avait déjà été annoncé, cette baisse des dépenses de l'Etat se répartira entre une réduction de 750 millions des dotations de l'Etat aux collectivités territoriales et une diminution de 750 millions des dépenses pour les ministères et les opérateurs de l'Etat, a-t-on ajouté de même source. Le Premier ministre n'a pas donné davantage de détails sur la manière dont l'effort serait réparti ni sur les secteurs qui pourraient en bénéficier. Dans l'immédiat, il s'est contenté de rappeler les «priorités» du gouvernement: «la politique de l'emploi, l'éducation, le logement, la sécurité et la justice», ainsi qu'un «programme d'investissement».

Le social, dépense prioritaire

Selon Les Echos et Le Monde, un milliard d'euros supplémentaire devrait être dégagé pour financer les politiques de l'emploi, afin notamment de maintenir toute l'année un haut niveau de contrats d'avenir et de contrats aidés. Et selon le Monde, les missions concourant à la lutte contre la pauvreté et l'exclusion, à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mercredi 26 juin 2013 à 11:17

    .../... Rappelons que les gens qualifiés, n'ont aucun problème d'emploi : métalliers, plombiers, menuisiers, techniciens, vendeurs, ingénieurs, chefs d'entreprises ... Les chômeurs ce sont quasi exclusivement des non-qualifiés. Par contre, il faut aussi revoir fissa les modalités de la formation professionnelle pour la rendre qualifiante, justement ! :)

  • knbskin le mercredi 26 juin 2013 à 11:15

    .../... En fait l'inversion des flux migratoires en question devrait être un indicateur de succès : solde POSITIF de diplômés et NEGATIF d'illettrés. Ensuite, on s'attaque au SMIC et aux allocations chômage, pour baisser réellement le coût du travail non-qualifié. Le travail non-qualifié ne doit pas permettre de "vivre décemment", mais seulement d'être une béquille pour se qualifier, et devenir productif .../...

  • knbskin le mercredi 26 juin 2013 à 11:12

    Oh ! Pour réduire les dépenses sociales, c'est extrêmement simple : on commence par les minima sociaux scandaleusement élevés : RSA, APL, AME, etc. que l'on divise arbitrairement par 2, par exemple. Et on continue à baisser tant que les flux migratoires d'illettrés ne sont pas inversés (attention les flux migratoires de gens performants, il faut les inverser ... AUSSI !) .../...

  • M1945416 le mercredi 26 juin 2013 à 07:53

    les américains quand ils serrent le budget, c'est autre chose, vu hier soir au journal, mais pour ça il faut en avoir ...

  • fbordach le mercredi 26 juin 2013 à 04:34

    Bienvenue au kolkhose! On ne va quand même pas s'aliéner son propre électorat...

  • M1310580 le mercredi 26 juin 2013 à 00:08

    les cas sos auront encore leur prime de noël cette année !

  • M3366730 le mardi 25 juin 2013 à 20:21

    Décidement, ils sont nullissimes, à noter par rapport aux économies de 1,5 milliards en 2014, les dépenses prévisionnelles pour 2013 sont de 1 914 921 milliards ! + déficites à venir http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/LFI2013/depliant_budget2013.pdf http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/08/le-deficit-de-l-etat-francais-s-est-creuse-de-300-millions-d-euros-en-un-an_1845040_3234.html

  • pichou59 le mardi 25 juin 2013 à 18:45

    les travailleurs , retraités, chomeurs auront leur revanche aux prochaines élections - raz le bol des profiteurs : élus cumulards sénateurs hauts fonctionnaires petits copains de l'ENA, AME.........

  • kejocol le mardi 25 juin 2013 à 18:28

    j'ai peur que priorite au social veuille dire encore plus pour les assistes et moins pour les travailleurs qui vont payer encore plus d'impots. les efforts c'est encore la classe moyenne ( qui devient pauvre) qui va les faire. c'est une politique electoraliste etant donne que le PS vient d'en perdre 2.

  • M9244933 le mardi 25 juin 2013 à 18:27

    1,5 Md de réduction, ce n'est qu'une intention, et pour 2014 seulement. Pendant ce temps le déficit de l'état atteint TOUS LES MOIS env 10 Mds €. M. Ayrault ne ferait pas long feu dans une boîte du privé... Et il ne comprendra jamais qu'on ne peut pas faire de social si l'économie ne marche pas. Le chariot devant les boeufs. Désespérant.