Budget 2014 : comment concilier les règles de l'UE et la grogne fiscale

le
1
Budget 2014 : comment concilier les règles de l'UE et la grogne fiscale
Budget 2014 : comment concilier les règles de l'UE et la grogne fiscale

Le gouvernement présente ce mercredi un projet de budget 2014 axé sur une réduction d'ampleur inédite des dépenses publiques, mais sans éviter des hausses d'impôts pour les ménages. Les ministres de l'Economie Pierre Moscovici et délégué au Budget Bernard Cazeneuve vont présenter ce projet en conseil des ministres, avant d'en donner les détails à la Commission des Finances de l'Assemblée nationale. L'adoption de la Loi de finance n'a lieu traditionnellement que tard dans l'automne.

Augmenter la TVA pour financer le CICE. Au moment où les Français découvraient sur leurs avis d'imposition les hausses d'impôt votées en 2012 (10 milliards d'euros), les rumeurs se multipliaient sur les nouvelles hausses en 2014. De fait, s'il a limité mi-septembre l'augmentation des impôts initialement prévue sur les ménages comme sur les entreprises, Bercy n'a pas assuré la "pause fiscale" promise le 30 août par François Hollande. Ne serait-ce qu'en raison de la hausse prévue le 1er janvier des taux de TVA intermédiaire (de 7 à 10%) et normal (de 19,6 à 20%), votée en 2012 pour financer une partie du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), un allègement de 4% du coût du travail pour les entreprises, qui doit rapporter entre 6 et 7 milliards à l'Etat.

Ramener le déficit à 3,6% du PIB. Concrètement, l'effort de redressement des comptes publics porte sur 18 milliards pour 2014, soit près de moitié moins qu'en 2013 (30 milliards). Il s'agit de ramener le déficit de 4,1 à 3,6% du produit intérieur brut (PIB). A l'intérieur de cet effort, 80% proviennent d'économies dans la dépense publique et 20% seulement de nouveaux prélèvements obligatoires. Avant l'été, l'effort devait être de 20 milliards, dont un tiers de prélèvements supplémentaires. La bonne nouvelle, mi-août, d'un rebond de l'activité de 0,5% au deuxième trimestre 2013 a permis au gouvernement de desserrer un peu la vis. Pour 2014, sa prévision de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lhonderm le mercredi 25 sept 2013 à 10:23

    SiMPLE : il suffit de réduire la voilure de l'état. Très simple en fait. Privatisation de la SECU, des retraites, suppression de fonctionnaires et d'élus. Suppression des départements, des cantons, etc... Vraiment, pourquoi se compliquer.