Bucarest 95 ou le mythe du match fondateur

le
0
Bucarest 95 ou le mythe du match fondateur
Bucarest 95 ou le mythe du match fondateur

En octobre 1995, la France s'imposait à Bucarest et se qualifiait ainsi pour l'Euro 96, qui devait ensuite les porter jusqu'aux nues de 1998. Un match fondateur auquel Didier Deschamps a participé et auquel il reconnait aujourd'hui un petit frère : le France-Ukraine de 2013, qualificatif pour la Coupe du monde. Deux matchs fondateurs, pour deux destins similaires ? Une question qui trottait dans la tête du sélectionneur à la veille de retrouver la Roumanie.

Les carrières d'Anghel Iordanescu et de Didier Deschamps, les deux sélectionneurs qui officieront lors du match d'ouverture de l'Euro 2016, ce vendredi, se sont déjà croisées, mais c'était en un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Il y a eu la victoire des Bleus pour leur premier match de poule du championnat d'Europe 96 à Newcastle, mais la première rencontre, la plus importante, a eu lieu le 11 octobre 1995 à Bucarest. Iordanescu est sur le banc, déjà, et Deschamps sur le terrain. C'est ce dernier qui, peu avant la demi-heure de jeu, transmet du bout du pied à Zidane, qui centre vers un Karembeu mort de faim, s'arrachant pour inscrire à la fois le premier but du match et le seul de sa carrière internationale. La rage de marquer est palpable. Peut-être parce que les Bleus ont plus que jamais besoin d'une victoire.


Un mois plus tôt, alors qu'ils menaient pourtant 3-0 à la mi-temps de leur match précédent contre l'Azerbaïdjan à Auxerre, leur sélectionneur Aimé Jacquet a poussé une gueulante : "Si vous ne voulez pas faire plus, si vous ne pouvez pas, ce n'est pas la peine d'aller en Roumanie. Là-bas, vous allez vous faire bouger, je vous préviens. 3-0 à la mi-temps, à Auxerre, contre l'Azerbaïdjan, ça ne prouve rien. Vous devez être méchants, doubler, tripler la mise. Faites savoir aux Roumains que vous êtes remontés à bloc et que vous ne doutez de rien !" Deschamps et les autres finissent à 10-0, la plus grosse taule de leur Histoire, mais ils en veulent plus. A cause de leur début d'éliminatoires pourri, ils ont a tout prix besoin de l'emporter pour se qualifier pour l'Euro, deux ans après le traumatisme bulgare de 93. La Roumanie, elle, reste sur un quart-de-finale de World Cup aux USA, n'a plus perdu à domicile depuis cinq ans et, c'est Georghe Hagi lui-même qui l'assène, a " 99% de chances de gagner" contre la France.

Cliché or not cliché


C'était sans compter sur le bout du pied de Deschamps, ni sur la hargne de Karembeu. Pas plus que sur la combativité d'un Djorkaeff, qui s'arrache pour pousser au fond des filets une frappe de Dugarry repoussée par le gardien roumain avant la pause, ou sur le missile…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant