BTP: la maquette numérique et sa 3D révolutionne la construction

le
0
BTP: la maquette numérique et sa 3D révolutionne la construction
BTP: la maquette numérique et sa 3D révolutionne la construction

Véritable révolution dans la conception, la construction et l'exploitation des bâtiments, la maquette numérique, dont l'usage progresse en France, offre une plongée en 3D dans tous les recoins d'un ouvrage.La modélisation des données du bâtiment ou BIM (Building Information Model), est un fichier numérique où sont stockées toutes les informations techniques d'un ouvrage sur ses composantes (murs, fenêtres, escaliers, poutres, équipements, etc).Elle permet aux membres des équipes - architectes, ingénieurs, maîtres d'oeuvre, propriétaire, exploitant - de travailler de façon collaborative en s'appuyant sur des maquettes numériques 3D, tout au long de la vie des projets. Il est ainsi possible de construire et de "désosser" virtuellement un ouvrage, de naviguer et d?interagir avec lui, avec un réalisme poussé."Les performances structurelles, énergétique d'un bâtiment, sa résistance sismique, les surfaces de vitrages ou de planchers à nettoyer, peuvent être calculés", explique l'architecte Emmanuel Di Giacomo, responsable technique de la société américaine Autodesk, pionnière du secteur. Et une fois le bâtiment livré, la maquette intelligente peut être "connectée à des capteurs physiques, afin de piloter les équipements et de mieux maîtriser la consommation d'énergie", un enjeu de taille puisque 80% du coût global d'un bâtiment vient de son exploitation dans le temps, rappelle M. Di Giacomo. Déjà généralisée dans des secteurs industriels tels que l'aéronautique ou l'automobile, elle s'impose ainsi peu à peu dans le bâtiment, dont elle bouleverse les pratiques."Certains pays comme le Royaume-Uni sont beaucoup plus avancés que nous, puisque le gouvernement y imposera, d'ici 2016, que tous les bâtiments publics soient livrés en BIM", rapporte M. Di Giacomo.Les Pays-Bas, le Danemark, la Finlande et la Norvège ont fait de même, suivant la directive européenne Marchés publics, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant