BSkyB veut acheter à Fox ses actifs allemands et italiens

le
0
BSKYB NÉGOCIE AVEC FOX LE RACHAT DE SES ACTIFS ITALIENS ET ALLEMANDS
BSKYB NÉGOCIE AVEC FOX LE RACHAT DE SES ACTIFS ITALIENS ET ALLEMANDS

FRANCFORT/LONDRES (Reuters) - British Sky Broadcasting Group (BSkyB) a annoncé lundi avoir engagé des négociations avec la 21st Century Fox de Rupert Murdoch, son premier actionnaire, en vue de l'acquisition éventuelle de ses filiales de télévision payante allemande et italienne, Sky Deutschland et Sky Italia.

"BSkyB pense qu'à un juste prix, cette combinaison pourra créer un géant mondial de la télévision payante", déclare BSkyB dans un communiqué, tout en soulignant que les discussions sont à un stade préliminaire et pourraient ne pas aboutir.

Une telle opération regrouperait l'ensemble des activités de télévision par satellite de l'empire Murdoch au sein d'un seul groupe. Aujourd'hui, Fox possède 39% de BSkyB, 55% de Sky Deutschland et 100% de Sky Italia.

L'agence Bloomberg, citant des sources proches du dossier, avait évoqué vendredi un montant d'environ 10 milliards d'euros pour cette transaction si elle se réalisait.

Lundi, 21st Century Fox a expliqué que l'hypothèse d'un rapprochement de l'ensemble des activités à la marque Sky en Europe avait souvent été débattue en interne, tout en précisant qu'aucun accord n'avait jamais été conclu.

"Au fil des années, nous avons eu de nombreuses discussions en interne concernant la structure des activités de satellite de la marque Sky en Europe en termes d'organisation et de structure", a dit la société dans un communiqué.

"De temps en temps, ces conversations ont inclus BSkyB mais aucun accord entre les parties n'a jamais été conclu."

OBSTACLES

A la Bourse de Francfort, l'action Sky Deutschland gagnait 7% en matinée à 6,80 euros, valorisant le groupe à 5,97 milliards. A Londres, BSkyB perdait 2,3% à 896 pence, ramenant la valeur boursière de la société à 13,6 milliards de livres (16,7 milliards d'euros).

Rupert Murdoch avait tenté en 2010 de monter à 100% du capital de BSkyB mais son projet a capoté avec le scandale des écoutes téléphoniques illégales impliquant son tabloïd News of the World, fermé en 2011.

Le groupe du magnat des médias s'est par la suite scindé en deux, les activités de médias rejoignant 21st Century Fox tandis que celles de presse et d'édition restant au sein de News Corp.

Parmi les obstacles à un accord potentiel entre BSkyB et 21st Century Fox figure le fait que Sky Italia n'est pas assuré de conserver les droits de diffusion de la Série A de football, l'une des composantes clés de son offre commerciale, notent les analystes de Citi.

Par ailleurs, selon le Sunday Telegraph, l'Ofcom, l'autorité britannique des médias, pourrait s'opposer à toute tentative de Rupert Murdoch de rapprocher ses activités de télévision payante en Europe continentale de BSkyB si cela lui assurait le contrôle du groupe britannique.

Le journal a cité des sources selon lesquelles une telle opération pourrait se heurter à l'opposition du gendarme des télécoms au Royaume-Uni, susceptible d'arguer de menaces sur la pluralité des médias.

(Maria Sheahan à Francfort et Paul Sandle à Londres; Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant