Bryan Coquard : « Un rêve de gagner et de porter le maillot jaune »

le
0

Une victoire d'étape, le maillot vert et pourquoi pas le maillot jaune au début du Tour de France : Bryan Coquard (Direct Energie) ne manque pas d'ambition avant le départ de la Grande Boucle samedi. Le sprinteur sera l'une des bonnes chances tricolores pour triompher du 2 au 24 juillet.

Bryan Coquard, les premières étapes vont favoriser les sprinteurs. On image que vous les avez dans un coin de la tête ? Oui c’est sûr, avec un gros cadeau à la clé qui est le maillot jaune : si tu gagnes le premier jour, tu as de grandes chances de l’avoir. C’est sûr que l’on n’échappera pas à un sprint, il y a aura beaucoup de pièges tout au long de l’étape avec le vent. C’est un rêve de gagner et porter le maillot jaune mais on en est pas là encore, l’objectif c’est de se faire plaisir, de faire un bon Tour et si ça ne marche pas dès le premier jour il y aura d’autres occasion après. En l’absence de coureurs comme Nacer Bouhanni, vous ressentez le poids du sprint français sur vos épaules ? Je m’attendais à cette question... Mais non, moi ça ne change pas du tout mon état d’esprit et ma trame pour ce Tour de France. C’est sûr que j’ai envie de gagner une étape mais il y a quand même de grands sprinteurs, c'est comme un championnat du monde. Que ce soit avec ou sans Nacer Bouhanni il y a de la concurrence et il faudra être le plus fort pour gagner donc ça ne change pas grand-chose. Qui te semble en forme en ce moment chez les sprinteurs parmi Cavendish, Kristoff, Sagan, etc ? Il y aura un très gros plateau. Kittel a été très fort ces derniers mois même s’il a perdu au Championnat d’Allemagne. Je pense que ça va être une guerre des « trains », des sprinteurs dans le final, et avec les noms que vous avez cités ça va se résumer à ça. Le maillot vert est-il un objectif ? Je vais le jouer à fond, comme les deux années précédentes. Après je ne peux pas arriver sur ce Tour et dire « je veux gagner le maillot vert » parce que je pense que Sagan est le meilleur coureur du monde, et ça fait déjà quatre ou cinq ans d’affilée qu’il le gagne. Ça va donc être très difficile même avec le changement de barème qui privilégie plutôt la victoire sur les arrivées plates. Je vais le jouer à fond et on verra ! Quelles sont tes ambitions globalement ? C’est de faire un beau Tour et ça passe par plein de choses. On peut dire que j’ai pas mal de responsabilités pour les victoires d’étapes. J’ai un groupe autour de moi, ça fait deux ans que je demande ça : malgré tout je ne prends pas la pression du côté négatif mais positif en me disant « ils me font confiance, ils m’ont donné les choses que je demandais et maintenant c’est à moi de prouver sur le vélo que je suis capable de gagner une étape ». L’équipe Direct Energie a envie de gagner une étape et si ce n’est pas par moi on n’a les deux meilleurs capitaines de route français avec Sylvain (Chavanel) et Thomas (Voeckler). Et puis en montagne je pense que Romain (Sicard) et Fafa (Fabrice Jeandesboz) peuvent aller chercher quelque chose. On a pas mal de cartes mais on va prendre les étapes jour après jour.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant