Bruxelles voit le déficit français augmenter en 2015

le
5
LA CE VOIT LE DÉFICIT DE LA FRANCE AUGMENTER EN 2015
LA CE VOIT LE DÉFICIT DE LA FRANCE AUGMENTER EN 2015

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne prévoit une légère hausse du déficit public de la France l'an prochain, alors que le gouvernement prévoit une légère baisse, avec une croissance économique plus faible qu'espéré par Paris, dans ses prévisions publiées mardi.

Selon la Commission, le déficit public de la France atteindra 4,4% du PIB fin 2014 et 4,5% fin 2015. Sans mesures supplémentaires, le déficit progresserait encore en 2016, à 4,7%, loin des 3% dont le respect était prévu en 2015.

Le gouvernement français prévoit quant à lui de réduire le déficit public à 4,3% du PIB l'an prochain, puis 3,8% fin 2016.

L'exécutif européen précise qu'il a pris en compte environ 19 des 21 milliards d'euros d'économies annoncées pour l'an prochain par le gouvernement car "certaines de ces mesures, représentant près de 2 milliards d'euros, restent insuffisamment détaillées pour être prises en compte dans la prévision".

Elle ajoute que les modifications présentées par le gouvernement français fin octobre, qui visent à réduire le déficit de 3,6 à 3,7 milliards d'euros de plus que prévu auparavant, n'ont pas pu être prises en compte, du fait du manque de détail au moment où les prévisions ont été arrêtées. [ID:nL5N0SM4DJ]

Selon la Commission, la croissance économique en France sera de 0,3% cette année, 0,7% l'an prochain et 1,5% en 2016. Le gouvernement prévoit quant à lui une plus forte accélération, à 1,0% l'an prochain et 1,7% en 2016, après 0,4% cette année.

La dette publique atteindrait 95,5% du PIB fin 2014, 98,1% fin 2015 et 99,8% fin 2016, poursuit la Commission, des niveaux supérieures à ceux attendus par la France (97,2% fin 2015 puis 98,0% fin 2016, après 95,3% fin 2014).

Selon la Commission, le chômage se stabiliserait l'an prochain en France, à 10,4% de la population active, soit le même niveau que cette année, avant de baisser à 10,2% en 2016.

(Bureau de Bruxelles et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 4 nov 2014 à 18:17

    Nord-Pas-de-Calais où le phénomène d'absentéisme est le plus élevé de France, chaque agent est absent en moyenne 34,8 jours par an, soit un taux d'absentéisme de 9,14%. soit 10 jours de plus que dans le privé. Selon la direction générale des collectivités locales, ces absences pourraient avoir à l'année un coût de 1,2 milliards d'euros pour l'ensemble du « 82 000 »…A la tienne Martine, mais tu ns coûtes très cher !...

  • M7403983 le mardi 4 nov 2014 à 11:47

    jbellet ==> afin de ne pas faire exploser l'UE ... L'Allemagne se refuse à presser sur le bouton, car elle y laisserait forcément des plumes, donc chacun campe sur ses positions (on a rien inventé), c'est la guerre "économique" des tranchées ...

  • fvauchot le mardi 4 nov 2014 à 11:42

    comment le déficit pourrait se réduire alors que le PIB stagne, le nombre de chômeurs et d'immigrés augmente, la consommation fléchit?

  • gstorti le mardi 4 nov 2014 à 11:40

    Oh! Ils ont eu besoin d'une boule de cristal pour voir ça? Budget basé sur une croissance exagéré, sans lien avec la réalité, estimation de rentrée fiscal issue d'un apriori, peut être, d'une augmentation des recettes issue des contrôles fiscaux..., n'importe quel ménage français, aurait pu prédire gratuitement cela. Maintenant, il peut y avoir une bonne nouvelle, comme du temps du Jospinisme, mais même là, rien n'a changé..., il s'est quant même et de façon démagogique enfoncé dans les déficits

  • jbellet le mardi 4 nov 2014 à 11:37

    dans ce cas pourquoi Bruxelles accepte le budget de la france?

Partenaires Taux