Bruxelles veut continuer de protéger les requins

le
0
De nombreuses espèces de requins sont aujourd'hui menacées d'extinction.
De nombreuses espèces de requins sont aujourd'hui menacées d'extinction.

Les ministres européens de la pêche étaient appelés à se prononcer sur les possibilités de pêche pour les années 2013-2014 concernant les espèces de grands fonds.


Plusieurs gouvernements ont pris la sage décision de l'interdire. D'autres commencent à sérieusement y réfléchir, inquiets eux aussi de l'effondrement des stocks de nombreuses espèces de requins, maillons incontournables de la biodiversité marine puisqu'ils font office de véritables « nettoyeurs » des océans. Selon les estimations, de trente à soixante-dix millions de squales seraient tués chaque année à cause de leurs ailerons.


Le shark finning, une pratique barbare qui consiste à délester les requins pour ensuite les rejeter en mer, ce qui équivaut à une lente et insoutenable agonie, est également proscrit par l'Union Européenne (UE), laquelle s'oppose également à la pêche des seigneurs de la mer établis dans les grands fonds. Celle-ci demeurera interdite pendant au moins deux années supplémentaires, a indiqué la Commissaire européenne de la Pêche Maria Damanaki hier lors d'une conférence de presse au terme d'une réunion des ministres de la Pêche des Vingt-Sept à Bruxelles (Belgique).



« C'est une espèce extrêmement vulnérable qui se reproduit très lentement »



« S'agissant des requins (des grands fonds), nous maintenons la proposition zéro. Donc, aucune pêche », a-t-elle déclaré. Une mesure qui s'applique à tous les navires dans les eaux territoriales européennes, à l'ensemble des bateaux continentaux dans les eaux internationales et qui sert bien sûr à préserver l'écosystème marin dans sa globalité.


« C'est quelque chose que nous nous devons de faire car les requins sont menacés. Je tiens à souligner que c'est une espèce extrêmement vulnérable qui se reproduit très lentement », a par ailleurs judicieusement rappelé Mme Damanaki dont les propos, à n'en pas douter, iront droit au coeur des associations de protection de l'environnement.


Puissent maintenant d'autres pays qui ont une part de responsabilité considérable dans l'hécatombe actuelle reprendre sa vision à leur compte.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant