Bruxelles, punching-ball de la présidentielle

le , mis à jour à 06:36
0
Bruxelles, punching-ball de la présidentielle
Bruxelles, punching-ball de la présidentielle

« S'il y a une chose que nous savons produire en France, ce sont les candidats à la présidentielle. Mais je ne suis pas sûr qu'ils soient tous exportables. » La boutade de Bruno Le Maire a fait sourire les quelque 700 entrepreneurs et dirigeants d'entreprise rassemblés pour cette seconde édition des assises du Produire en France. Hier à Reims, pas moins de treize prétendants à l'Elysée se sont succédé au micro pour relancer la politique industrielle de la France.

 

En vingt minutes chrono, chaque candidat se soumet au difficile exercice du « grand oral » pour se distinguer. L'événement — désormais incontournable —, initié l'an dernier par le député UDI Yves Jégo et l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, donne le ton de la campagne présidentielle à venir. Le contexte ? La France a perdu plus d'un million d'emplois industriels ces vingt dernières années tandis que le déficit de sa balance commerciale a atteint les 4,5 Mds€ en juillet. La faute à qui ? Pour la plupart des candidats, Bruxelles est jeté sans ménagement sur le banc des accusés !

 

Censés promouvoir le made in France, les arguments virent chez beaucoup au concours Lépine du protectionnisme. « Dans ce désarroi général, la France a toujours eu peur du grand large. Nous ne pouvons pas nous laisser entraîner par une réaction facile de fermeture des frontières. Une politique protectionniste serait suicidaire », avait pourtant alerté l'influent économiste Jacques Attali, pour introduire les assises. En vain. « A cet homme (Attali) qui a défendu toutes les décisions qui nous ont conduits au désastre ces trente dernières années, je dis ça suffit ! » accuse le leadeur souverainiste de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, avant de tirer à boulets rouges sur l'Union européenne : « Pour produire en France, il faut avoir les moyens et la liberté de le faire. Or, les traités nous interdisent de mener une politique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant