Bruxelles prône une fiscalité plus «verte»

le
2
DR
DR

(lerevenu.com) - S'appuyant sur des informations en provenance de 12 États membres, l'étude relative aux possibilités de favoriser une fiscalité plus écologique révèle qu'un déplacement de la pression fiscale du travail vers la pollution (en taxant davantage les facteurs de pollution de l'air et de l'eau, par exemple) générerait des recettes de 35 milliards d'euros en termes réels en 2016 qui pourraient atteindre 101 milliards d'euros en 2025.

Ces chiffres pourraient être nettement supérieurs si des mesures visant à supprimer les subventions nuisibles à l'environnement venaient également à être prises. En 2025, les recettes potentielles pourraient varier entre un peu plus de 1% et un peu plus de 2,5% du PIB annuel selon l'État membre concerné.

La deuxième étude porte sur les différents liens existant entre les politiques environnementale et économique, parmi lesquels l'impact macro-économique des inondations, les meilleures pratiques à adopter pour encourager les PME à mettre l'accent sur l'efficacité des ressources ainsi que les dépenses environnementales dans tous les États membres. Le coût total approximatif des dégâts causés par les inondations dans l'UE au cours de la période 2002-2013 a été d'au moins 150 milliards d'euros.

Investir dans des mesures visant à réduire les inondations est très rentable. En effet, en moyenne, cela représente un coût environ 6 à 8 fois inférieur à celui des inondations. Mieux encore, parmi les avantages que

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.