Bruxelles pousse le gouvernement à renforcer la lutte contre la pollution atmosphérique

le
0
La réduction de la pollution atmosphérique passe aussi par des mesures à destination des voitures électriques
La réduction de la pollution atmosphérique passe aussi par des mesures à destination des voitures électriques
Fortement exposée à des sanctions financières, la France doit assainir son atmosphère. Reste à savoir si les dispositions gouvernementales déboucheront sur une amélioration significative.

C'est un fait, en dépit de résultats encourageants par endroits, à Paris notamment : la France a grand peine à réduire la pollution atmosphérique, qui si l'on en croit les estimations de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) provoque chaque année quarante-deux mille décès prématurés dans nos frontières. Ainsi les abondants rejets de particules fines constituent-ils un réel problème de santé publique, en plus d'exposer la France à une amende salée pour dépassement chronique des seuils européens en matière de qualité de l'air.

Bruxelles a Paris dans le collimateur depuis de longs mois, ce qui a fini par amener une réponse gouvernementale sous forme de « plan d'urgence ». Celui-ci consiste en une batterie de mesures ? trente-huit très exactement ?, parmi lesquelles une réduction de la vitesse limite sur « certains axes à forte fréquentation » comme le périphérique parisien et la mise à l'index des véhicules les plus émetteurs de gaz à effet de serre durant les pics de pollution.

Pas moins de six millions de modèles thermiques qui contribuent à « environ 30 % des émissions de particules des véhicules particuliers et à 20 % des émissions d'oxydes d'azote (NOx) » sont concernés par cette disposition qu'il faut également ass
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant