Bruxelles peine à accélérer le rythme du plan de sauvetage

le
0
L'urgence est «décisive pour restaurer la confiance des marchés», a souligné le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Mais des dissensions entre les pays retardent la mise en œuvre du plan

Les Européens pensaient frapper fort en autorisant le FESF à acheter de la dette sur le marché secondaire et à accorder des prêts aux pays en difficulté. Mais il faudra vraisemblablement attendre fin septembre, avec la ratification par les Parlements nationaux, pour que ces nouvelles compétences entrent en vigueur. Une éternité aux yeux des marchés.

«Il reste pas mal de travail technique» en amont pour finaliser le texte, explique une source européenne : «Le 21 juillet, on a obtenu un accord de principe qui a permis d'envoyer un message, mais il faut encore lui donner de la chair.» La fin des travaux, qui associent BCE, FESF et États membres, était à l'origine prévue fin août ; l'échéance sera sans doute avancée, compte tenu de l'«énorme sentiment d'urgence» face à la panique des marchés, estime cette source.

Dimanche, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel avaient martelé leur détermination à «mettre en œuvre pleinement» et «avant fin septembr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant